Loi de say

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (362 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les « démonstrations » de la « loi de Say » [modifier]

Plus il y a de biens produits, plus ces biens peuvent ouvrir une demande pour d'autres biens, puisque les biens nouvellement produits peuventêtre offerts en échange d'autres biens. Inversement, une nouvelle demande sans production préalable n'offre en réalité aucune perspective d'échange, donc aucun débouché nouveau ; elle ne peut passtimuler la production et dans ces conditions, la croissance passe par la stimulation de la production et non de la consommation.
Une conséquence centrale de la « loi de Say » est que la récession neprovient pas d'un problème de demande ou de manque de monnaie. Une création monétaire, créatrice de demande, n'entraînerait que de l'inflation : sans production correspondante, il n'y a pas de demanderéelle, solvable, mais seulement réduction de la valeur de la monnaie.
Le raisonnement précédent suppose que la monnaie est totalement neutre, c'est-à-dire qu'elle est un bien sans valeur intrinsèque.Selon Say, personne n'a intérêt à conserver de la monnaie. On vend un produit, non pas pour récupérer de la monnaie mais pour en acheter un autre (d'où la célèbre citation de Say : « les produitss'échangent contre des produits »). La monnaie ne serait qu'un voile qui masque le caractère réel de l'économie (on parle de dichotomie entre secteur réel et secteur monétaire). Tout se passerait comme sil'économie n'était qu'une série de troc.
Un producteur qui vend un produit utilise sa recette pour acheter d'autres produits et crée ainsi une demande d'un montant équivalent. Conclusion : touteoffre crée sa propre demande ; une crise généralisée de surproduction est donc impossible. Il peut seulement exister des crises sectorielles', parce que les producteurs peuvent mal estimer leur demande (= la production des autres secteurs) et la production de leurs concurrents : il en résulte (presque inévitablement) un déséquilibre entre deux groupes de biens, ceux produits en trop grande...
tracking img