Lorenzaccio musset

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1193 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Lorenzaccio
Acte I scène IV (bonsoir messieurs…)
Introduction
Situation :
Cette scène est une réécriture de la scène 1 de l’acte I de la pièce Une Conspiration de Georges Sand. Cependant, chez Musset il y a une scène de théâtre dans le théâtre qui n’est pas présente chez G. Sand. C’est une scène attendue et familière que cette scène de cour. C’est également une scène spectaculairecomme l’invitent à le voir les didascalies qui orientent le regard du spectateur. On découvre le rôle politique de Lorenzo, qui, pour la première fois, est projeté au premier plan dans la conversation. Dans cette scène, conçue comme une démonstration, le duc fait le portrait de Lorenzo, portrait d’un antihéros tiré du côté du féminin, afin de démentir les accusations portées contre lui.
Lecture :Fils directeurs possibles :
Intérêt dramatique de la scène
intérêt psychologique
en quoi la scène complète-t-elle l’exposition
intérêt esthétique : jeu, comédie, tragédie : théâtre dans le théâtre.
comment cette scène éclaire-t-elle Lorenzo
Plan de la scène :
1) des soupçons pèsent sur L
accusation du pape rapportée par Valori
ladéfense de L par le duc qui donne lieu à un portrait du personnage faible et féminisé.
2) L’arrivée de Lorenzo : confirmation du portrait fait par le duc
portrait physique de L
échange verbal entre L et sire Maurice > L a le dessus
la provocation en duel > l’effondrement de L
Etude du texte
des soupçons pèsent sur L accusation du pape rapportée parValori Valori, émissaire épiscopal, rapporte au duc les soupçons qui pèsent sur L.
On assiste d’abord à un éclairage sur son passé à travers l’épisode des statues décapitées de l’arc de Constantin ; c’est un profanateur. Acte que l’on peut interpréter à la fois comme un geste de « libertin » de « débauché », mais aussi comme l’acte de celui qui veut mettre à bas, renverser le pouvoir.
Lest également accusé d’être un athée et de « diriger les plaisirs » du duc. Cf sc. 1 acte I.
une harangue en latin a été débitée contre lui.
b) défense de L par le duc
Il brosse de lui un antiportrait susceptible de démentir les accusations portées contre lui :
Il lui donne un diminutif hypocoristique : Renzo
Le met du côté du féminin : femmelette
Du côté de l’intellectuel : durêveur, du philosophe et du poète
Du côté de l’ombre. S’oppose à la lumière, l’action, la virilité.
Déclaration du duc : « j’aime Lorenzo, moi. » peut être un amour qui dépasse le cadre des relations strictement familiales. Certains critiques parlent d’une relation homosexuelle entre L et le duc.
A l’accusation personnelle portée par le cardinal : « si je craignais…. Pour vous, duc », le ducdonne les arguments suivants qui complètent un portrait plus politique :
L est son indicateur : « il se fourre partout et me dit tout », son « entremetteur » au sens cette fois aussi bien politique que sexuel.
Conclusion : « croyez que son entremise…. Ne me nuira pas ».
2) arrivée de Lorenzo qui confirme le portrait fait par le duc.
a) L vu par le duc
Le portrait moral de L estcomplété par son portrait physique, car L « paraît au fond d’une galerie basse ». personnage qui vient de l’ombre, du dessous. Va dans le sens du côté louche du personnage. cf « il est glissant comme une anguille ».
Le physique de L confirme portrait qu’en a fait le duc.
La féminité : « ce petit corps maigre », « ces mains fluettes et maladives ».
Le débauché : « lendemain d’orgie ambulant ».L prend la parole et s’adresse à « messieurs les amis de mon cousin ». on peut l’interpréter comme une périphrase désignant ses propres ennemis.
Didascalie : « monte l’escalier de la terrasse ». on s’attend à une mise en lumière du personnage qui sort ainsi de l’ombre. Quel portrait va t-on avoir de lui ?
Ce portrait va être fait grâce à la provocation du duc qui lui rapporte les...
tracking img