Lorenzaccio

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1219 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Au cours du 19ème siècle,la France est plongée dans une période de terreur,de nombreux souverains se succèdent et instaure un régime totalitaire en France. C'est ainsi que de nombreux auteurs évoquent ces événements tragique de leurs vies dans leurs œuvres. Voilà pourquoi en 1833, Alfred de Musset fier représentant du romantisme Français, écrit Lorenzaccio. Le texte parle d'un roi tyrannique etsanguinaire du nom d'Alexandre régnant sur Florence au 16ème siècle accompagné et assisté d'un débauché du nom de Lorenzo. Ce-dernier planifie de tuer Alexandre pour mettre fin a cette tyrannie et retrouvé une bonté perdue. Dans le passage étudié,Lorenzo s'interroge sur sa réelle identité et sur ses origines familiales. C'est ainsi que nous allons nous demander en quoi ce monologue permet derestituer le trouble du héros devant le mystère de son identité?Nous évoquerons dans une première partie les doutes sur son identité puis dans une seconde partie les doutes sur son acte à venir.

Dans ce monologue de Lorenzo,nous pouvons constater que le personnage doute énormément sur son identité,en effet il doute tout d'abord sur sa vraie nature avec « Sont-ce bien les battements d'un cœur humainque je sens là,sous les os de ma poitrine? »Il montre ainsi qu'il ne sait pas trop si il doit se considérer comme un homme ou comme un monstre. Il émet ce doute sur l'identité par une autre phrase dans le texte « Pourquoi ce seul mot,« à ce soir »,fait-il pénétrer jusque dans mes os cette joie brûlante comme un fer rouge? »Un réel doute s'installe sur son identité car il se pense bon mais remarqueà son grand désarroi qu'il ressent un bien jouissif à faire du mal,donc il y'a bien confusion de son identité,de plus l'antithèse entre « immense joie » et « à ce soir »qui évoque l'assassinat montre un réel trouble d'identité car on ne peut être un homme bon quand on commet un crime . De surcroît les questions rhétoriques, montrent que le libertin cherche des réponses,en vain.
Ensuite Lorenzodoute aussi sur ses origines familiales,il ne comprend pas d'où il vient? « De quelles entrailles fauves,de quels velus embrassements suis-je donc sorti? »En comparant ses parents de monstres,il émet ainsi l'idée qu'il aurait préférer de jamais être né,il montre aussi sa haine envers ses parents avec les métaphores « fauves »,« velus ».Il parle de son père une nouvelle un peu plus loin dans letexte « Le spectre de mon père me conduisait-il,comme Oreste,vers un nouvel Egisthe? »Il monte clairement que son père le guide dans cet acte,ainsi il pense clairement que son père était un homme bon puisqu'il son fils pour mettre fin à la tyrannie. Il accentue le doute sur sa famille en émettant deux portraits totalement distincts,l'un mélioratif,l'autre péjoratif.
Même si Lorenzo se compare à unmonstre et se déteste,il croît néanmoins à la bonté de son acte avec « Cela est étrange,et cependant pour cette action,j'ai tout quitté. »La décision brutale et brève de Lorenzo montre qu'il est déterminé à parvenir à ses fins,sa spontanéité montre que son geste est bénéfique pour le peuple « J'ai tout quitter ».Puis il confirme le fait que son acte est bon par la phrase « J'ai entendu deux hommesparler d'une comète »Le terme « comète » étant le signe d'un événement bénéfique futur,cela montre bien que l'assassinat peut aider le peuple Florentin à retrouver sa vertu d'autrefois. Même si Lorenzo croît en la bonté de son acte,il émet des doutes sur l'acte en question.
Le libertin est en effet dépassé par cet acte « La seule pensée de ce meurtre a fait tomber en poussière les rêves de mavie »Cette phrase montre que le héros est submergé par les émotions et que cette pensée morbide lui a brisé ces quelques envies de bonheur. Le parallélisme ici présent(« la seule pensée de ce meurtre »et « les rêves de ma vie »)montre ainsi son rattachement entre sa vie et le meurtre confirmant ainsi l'idée de dépassement. De plus la symbolisation de la mort en corbeau dans la phrase « Je n'ai plus...
tracking img