Machiavel

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 36 (8860 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Présentation générale du Prince
I. Données historiques et culturelles


En 1513, à la différence de la France, de l’Angleterre ou de l’Espagne (royaumes unifiés en voie de se constituer en Etats modernes), l’Italie agrège une multitude de petits territoires sous l’influence de villes indépendantes comme Urbino, Ferrare, Pise, Sienne etc., qui passent une bonne partie de leur temps à sefaire la guerre. Ces cités connaissent des régimes politiques variés, depuis la monarchie (Naples) jusqu’à la démocratie (Florence) en passant par la république oligarchique (Venise) ou encore la théocratie (Rome). Des Alpes à la Sicile, de la Corse à l’Adriatique, on parle (presque) la même langue, on vénère le même Dieu, on a les mêmes coutumes, les mêmes vêtements, les mêmes habitudesalimentaires et pourtant, l’Italie présente un territoire morcelé.

Parmi toutes ces villes, quatre se distinguent particulièrement :

À l’époque, l’Eglise jouit d’un très grand pouvoir spirituel mais aussi temporel. Elle n’hésite pas à exercer un poids financier et militaire (Rome gouverne ses propres provinces, la région du « Latium », et les premières compagnies dont dispose Cesare Borgiaappartiennent aux armées pontificales). La domination de l’Eglise ne vacille pas encore sous le coups du protestantisme (il ne fleurira qu’en 1517 avec la publication des quatre-vingt quinze Thèses de Luther) et de l’astronomie (Giordano Bruno ne soutient l’hypothèse de l’homogénéité de l’Univers infini qu’en 1584, et il faut attendre 1630 pour que Galilée porte un coup fatal à la physique d’Aristote).Depuis le milieu du siècle précédent, Florence est gouvernée par la famille des Médicis (successivement Côme, Pierre et Lorenzo). Ces aristocrates s’opposent aux familles Pazzi et Strozzi, plutôt républicaines (cette rivalité dure jusqu’en 1550, voir Lorenzaccio de Musset). Lorenzo de Médicis, dit « le Magnifique », gagna son surnom par le patronage important qu’il consacra aux arts et auxlettres ; mais ce personnage raffiné se doublait d’un guerrier sans scrupule, et même cruel. Il décède en 1492. S’ensuit une période de troubles dominée par la figure de Jérôme Savonarole, un moine dominicain exalté, orateur charismatique qui persuade les Florentins, dans ses sermons, du caractère démoniaque des arts et les sciences cultivées par les Médicis.

Les armées françaises, intervenues enItalie pour y « mettre de l’ordre », chassent les Médicis de Florence en 1494. Savonarole y fonde un régime politique inédit, à la fois démocratique et théocratique ; mais l’intransigeance radicale du dominicain le rendent bientôt détestable : non content de jeter au bûcher des œuvres inestimables (notamment des toiles de Botticelli), il engage une sorte de « prohibition » avant la lettre(interdiction de la boisson et du jeu). Après son supplice en 1498, Florence devient une république à part entière, dirigée par un Grand Conseil (où siègent 3000 citoyens), d’où est issu un gouvernement élu, le « Conseil ».

Machiavel, né en 1469, va avoir trente ans. Il fait partie d’une génération arrivée aux affaires après la chute des Médicis. Ami des républicains, il devient ambassadeur de Florence.Il visite ainsi plusieurs villes italiennes, la France, l’Allemagne. Il rencontre et côtoie Cesare Borgia (nous reviendrons souvent sur ce personnage), mais aussi de nombreuses personnalités politiques de l’époque. Sa longue expérience de terrain le familiarise avec le protocole et la langue diplomatique. Pourtant, en 1513, suite à une intervention française, les Médicis reviennent aux affaires.Les républicains s’enfuient. L’ambassade de Machiavel est rappelée. Lui connaît une brutale gêne financière. Alors, au mépris du danger qu’il encourt en tant qu’ancien chargé de mission du Conseil, il reste à Florence et compose très rapidement le Prince (sans doute entre juillet et décembre 1513). Il le dédie au maître de la ville, Lorenzo II, dit « le jeune » (ne le confondez pas avec Lorenzo...
tracking img