Madame bovary

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1560 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
 

 

 

Commentaire

APPLICATION (suite)

 

 

Étape n°  7  

Choisir deux ou trois thèmes : les indications données avec le sujet, comme les résultats des étapes 5 et 6, amènent à poser le problème ainsi :
- la médiocrité du décor et des gens entraîne l'ennui ou, plus précisément :
- l'ennui est renforcé par la répétition du temps, la banalité, la médiocrité du décor et desgens.

 

Étape n°  8  

Construire le plan détaillé du devoir :

[pic]  introduction :

- une jeune femme pour laquelle la vie de province n'offre aucun intérêt (situation du passage) ;
- elle rêve de grandeur, de beauté, le temps passe et, déçue, elle ne voit au travers de son ennui qu'un monde médiocre (annonce du plan choisi).

[pic]  développement :

I - Le temps et l'ennui
a)le temps passe mais aucun changement ne survient ;
b) l'expression des mouvements réguliers du temps ;
c) similitude des situations : le perruquier et la jeune femme vivent dans le même ennui, avec les mêmes rêves.

II - La description réaliste
 a) l'art du romancier : réalisme objectif, point de vue du narrateur ;
 b) la médiocrité des objets et des actions « nus » : les noms sans adjectif,les verbes sans adverbe ;
 c) le monde est un désert, les hommes des figurants sans vie.

 
[pic]  conclusion :

- le jeu du point de vue du narrateur au service de la description de l'ennui (rappel de l'essentiel) ;
- l'art de Flaubert (élargissement du problème) ;
- l'ennui vient de l'intérieur (rôle d'ouverture de la conclusion).

 

Étapes n°  9   et   10

Rédiger lecommentaire, le relire, le corriger.

 

Commentaire rédigé

 

        Emma Bovary est mariée à un officier de santé de campagne sans ambition. Elle ne cesse de rêver à l'émerveillement d'une soirée de bal, chez des nobles, à laquelle elle a été invitée il y a déjà plusieurs mois. La vie de province, fade à côté de ces fastes, n'offre pour elle aucun intérêt. Flaubert consacre tout le chapitre IX deson roman à la description laborieuse des longues journées d'ennui d'Emma. Le temps interminable que vit Emma dans son ennui transparaît dans la description réaliste du spectacle du monde qui l'entoure.           
La mise en situation par rapport à l'œuvre n'est
pas obligatoire mais, elle est toujours bienvenue.
 Annonce du plan choisi pour le commentaire :
I) le temps et l'ennui, II) leréalisme de
la description.

 
 

         L'ennui est au centre de la vie d'Emma : sa vie conjugale ne l'a pas comblée, elle ne connaît personne d'« intéressant » à qui confier ses rêves, même pas sa domestique car elle n'ose pas s'affranchir des conventions sociales : "une pudeur la retenait". Elle n'a pas encore essayé de rompre sa solitude avec des amants. Et, le spectacle de la viequotidienne dans cette petite ville de province n'a rien pour l'enchanter. Tout lui semble d'une médiocrité et d'une platitude immuables. Flaubert fait ressentir cette impression au lecteur en insistant sur les notations temporelles répétitives : "Tous les jours, à la même heure, soir et matin, elle le voyait toujours là". Parfois naît un espoir de changement, tout de suite avorté : ce ne sont que lesbruits provoqués par les va-et-vient des clients du cabaret et les jeux du vent : "De temps à autre, l'on entendait tinter, grincer".
Exposition directe du thème : il faut l'annoncer

clairement dès la première phrase du

développement.

 

On affirme

On explique et on illustre aussitôt après en

citant le texte.
 

 

 
 

         Cette lenteur du temps qui n'en finit pas des'écouler, identique à lui-même, est marquée par les réguliers va-et-vient des "chevaux de la poste" qui vont boire, et par la marche incessante du perruquier "depuis la mairie jusqu'à l'église". Sempiternel retour que l'emploi de l'imparfait souligne non seulement dans sa durée mais encore dans sa répétition : "elle remontait, fermait la porte, le garde-champêtre passait". Ces imparfaits...
tracking img