Mark and spencer

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (397 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Que de changements en quelques mois ! D’une situation de quasi léthargie, M&S s’est mis à contre-attaquer sur une multitude de fronts. Cette « innovation » de masse, ce renouveau fulgurant n’apportapas les effets escomptés, un deuxième puis un troisième crash des ventes des produisirent peu après (novembre 1999 et mai 2000), comme ci cette stratégie, qui semblait aller dans le bon sens, nefonctionnait pas. Notre analyse ne va pas exactement dans ce sens de l’inefficacité des stratégies engagées, mais plutôt vers des erreurs de mise en œuvre des dites stratégies

Comment l’entreprise M & Sa pu-t- elle en arriver là ? En effet, pour en arriver à une situation aussi difficile où tous les principaux concurrents (Gap, Next, Oasis…) sont eux très largement en avance en ce qui concernel’adéquation de leurs produits au marché, M & S a du s’endormir sur ses lauriers au moins 5 ans. L’entreprise ne semble pas avoir senti le changement des goûts et besoins de sa clientèle et en 1998, leconstat est dur : leurs principaux concurrents vendent des produits de prix équivalent mais beaucoup plus tendances et adaptés au marché, les produits de M & S sont eux qualifiés de trop traditionnels etvieillots

D’un point de vue financier et logistique, Marks & Spencer n’a pas su appréhender la demande et donc les stocks. Ainsi le groupe a vu ses stocks s’accumuler. Disposer d’un surplus destocks représente un coût. Le choix d’épuiser ces stocks en vendant les produits à très bas prix a également nui à l’image du groupe car les consommateurs ont vu par là une image de « hard discounter »alors que Marks & Spencer se veut être un groupe proposant des produits de qualité

Avant novembre 1998, tous les managers étaient promus en interne. L’entreprise a connu les années suivantes, deschangements structurels non négligeables. Tout d’abord au niveau de la structure de l’entreprise et notamment des pôles d’activités : par exemple en 1998, l’entreprise est divisée en 3 parties : le...
tracking img