Maupassant

Pages: 266 (66366 mots) Publié le: 2 février 2011
Guy de Maupassant
Contes du jour et de la nuit
Gallimard
Collection Folio
Transcription en gros caractères (arial 16) / par le Centre de Rééducation pour Déficients Visuels
30 rue Sainte-Rose - 63038 Clermont-ferrand Cedex 1
Septembre 2004
Édition présentée et annotée par Pierre Reboul
PRÉFACE
"Je vis dans une absolue solitude de pensée et je n'ai guère que des amis littéraires aveclesquels je cause surtout du côté technique de l'art. Je ne pense comme personne, je ne sens comme personne, je ne raisonne comme personne."
Lettre à Gisèle d'Estoc (janvier 1881).
Croire, tout de go, ce qu'un homme écrit à une femme serait naïf. Mais je me révèle mieux, peut-être, dans mes prudences, mes dissimilations ou mes mensonges qu'à proférer mes quatre pauvres vérités. N'oublions pas lesphrases mises ainsi en épigraphe : les Contes du jour et de la nuit nous y ramèneront quand les montages, les collages, les frottages de Maupassant, quand le parfum composite et bizarre des « textes » évoqueront, à notre flair de lecteurs, le labeur hâtif et attentif de celui qui, dans cette lettre à une Gisèle d'Estoc encore inconnue, revendique une intime originalité, comme un irrécusable don desa nature et de sa volonté.
Des contes : à côté de ses romans, sans oublier un volume de vers ni même des pièces de théâtre, Maupassant a publié des centaines d'OEuvres fictives courtes et des centaines de chroniques, le tout, en quelques rares années. « Il s'assied, chaque matin, devant son bureau, avec la régularité d'un employé », écrit méchamment Champsaur (repris dans Le Massacre, en 1884).Il n'en attendait pas moins plus de gloire de ses romans que de ses histoires courtes : quand il eut acquis fortune et considération, il en diminua, sensiblement, le débit. Ce journalisme de la création assure l'aisance d'un jeune écrivain qui a connu longtemps, sinon la misère, une médiocrité dépourvue d'or : « Tout journal qui se respecte paye aujourd'hui deux cents à deux cent cinquante francsune chronique de cent cinquante à deux cent cinquante lignes signée d'un nom en vedette » (Gil Blas1, 24 novembre 81). Les chiffres emplissent la correspondance de l'auteur, qui savait que « le talent est marchandise » (Le XIXe Siècle, mai 86). S'en indigner serait sottise et hypocrisie : le besoin n'exclut pas le soin, non plus que l'âpreté au gain n'écarte le génie. Ces publications abondantes(jusqu'à trois ou quatre par semaine...) manifestent le plus souvent la clarté et la sûreté d'un projet, la saveur unique d'un plat préparé avec minutie, la ferveur d'un talent mûri par cet entraînement ininterrompu, qui conserve la liberté et les bonheurs d'une grandeur simple, cultivée dans une quasi-solitude.
Pas question, ici, d'opposer les histoires courtes et les romans. Mais on doit, aprèsAndré Vial et Louis Forestier, s'interroger sur ce qui distingue le conte de la nouvelle et, après Matthew Mac Namara, sur ce qui unit la chronique aux short stories. Sans excès de conviction, je retiendrai que l'écrivain, en tant que tel, prend la nouvelle en charge, qu'elle est, comme le roman, l'unité d'une diversité successive, tandis que le conte (une histoire qu'on raconte...) manifestesouvent une oralité, déléguée à l'un des personnages ou assumée, semble-t-il, par l'auteur - travesti en une sorte de personnage anonyme. Ainsi que l'avait fait Jean-Paul Sartre, Matthew Mac Namara a judicieusement insisté sur cette oralité, ce telling with audience, qui permet à Maupassant, comme l'écrit Philippe Bonnefis, de cadrer son récit, de le situer dans un cadre social de bavardageaccidentel, plus ou moins longuement esquissé ou détaillé. Le contraste entre le cadre et le récit, entre le passé évoqué, ressuscité et le présent, procure à l'OEuvre son relief. Cette vision binoculaire évite la simplicité naïve d'un rapport pseudo-objectif. Le regard du lecteur vacille de son oeil droit à son oeil gauche. Dans le tremblé qui résulte de cette incitation à un strabisme convergent ou...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Maupassant
  • maupassant
  • Maupassant
  • Maupassant
  • Maupassant
  • Maupassant
  • Maupassant
  • Maupassant

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !