Michel tournier constate que « la littérature est aujourd’hui considéré comme un ornement inutile ».

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1244 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’inutile est utile. Un paradoxe ? Certes non, puisque la littérature est en soit inutile car elle est un divertissement mais un divertissement est utile d’après Blaise Pascal puisqu’il sert à nous faire oublier que nous allons mourir. Ainsi Michel Tournier constate que « la littérature est aujourd’hui considéré comme un ornement inutile ». Nous pouvons nous demander si la littérature («l’ensemble des œuvres écrites auxquelles on reconnaît une finalité esthétique » Larousse) est vraiment inutile ? Nous commencerons par voir le paradoxe entre la facilité d’accéder à un livre et le point de vue d’une partie de la population selon lequel la littérature est « dépassée », ensuite en quoi la littérature est utile puis enfin nous verrons en quoi, inutile ou non, elle est importante.Aujourd’hui, la littérature est généralement considérée par une partie de la population comme « inutile ». Nombreux sont ceux qui ne lisent pas ou très rarement et ne trouve pas de plaisir ni dans l’écriture, ni dans la lecture. En effet, l’offre de plus en plus grande d’autres formes de divertissements a tendance à faire reculer l’intérêt de M. Tout-le-monde pour la littérature. Le cinéma, les jeuxvidéos ou encore la télévision apparaissent comme plus attractifs qu’un bon livre. La personne lambda préfère en effet aller voir l’adaptation d’un roman tel que La Guerre des Mondes roman de H.G. Wells au cinéma par Steven Spielberg (qui ne la en faite pas adapté puisque ce roman a été écrit en 1898 et que l’action se déroule au XIX ème siècle alors que dans le film, celle-ci a lieu au XXI èmesiècle, preuve que les adaptations de roman ne sont pas toujours exact…) plutôt que de lire le roman.
De plus, de nombreuse personne considère la littérature, à tort, comme le divertissement d’une certaine élite intellectuelle et elle paraît ennuyeuse et tout simplement inutile. La télévision, elle, au moins « divertit » même si c’est en faisant preuve de toute la médiocrité intellectuelle possible– voir la téléréalité et ses dérives. Enfin, il suffit d’écouter les déclarations de certains hommes politiques qui dénigrent l’enseignement de certaines œuvres littéraires ( La Princesse de Clèves par exemple…) pour se rendre compte de la moindre importance que l’on accorde à la littérature aujourd’hui . Il semble donc que le constat à faire sur la considération de la littérature dans notresociété soit encore plus sombre que celui qu’opère Michel Tournier.
Pourtant, jamais la littérature n’a été autant accessible grâce notamment aux nombreuses librairies, à internet où l’on peut se procurer tous les livres publiés dans le monde. Aujourd’hui, de nombreuses œuvres qui font désormais partie du domaine public, tel que la pièce de théâtre Roméo et Juliette de William Shakespeare sontdisponible gratuitement et légalement sur internet. De plus les genres littéraires se sont diversifiés depuis un siècle avec le développement de la littérature enfantine ou de la science-fiction. Il existe même des émissions consacrées à la littérature comme par exemple Un jour, Un roman diffusé sur la chaîne France 3 qui pour certaines personnes, se révèle intéressante et trouve sa place en tant quedivertissement. Dans ce cas-là nous aurions tort de la considérer aujourd’hui comme un « ornement », un simple élément au but purement décoratif. De plus, la formulation de Tournier implique qu’avant la littérature était mieux considérée, qu’on lui accordait une plus grande place. Ceci n’est pas faux, car comme on l’a vu précédemment, si l’accès à la littérature se démocratise, elle est dans le mêmetemps dévaluée.

Le problème plus profond soulevé par Michel Tournier est donc lié à la vraie nature de la littérature. Puisqu’elle est considérée aujourd’hui par la personne lambda comme étant au pire ennuyeuse, au mieux un simple divertissement, il faut se poser la question du degré d’importance à accorder à la littérature. Considérons cette dernière comme un divertissement, n’en...
tracking img