Momo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1949 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
I)
1) Parmi les points que traitent ces deux extraits en commun, nous pouvons relever :
La judaïté de Madame Rosa :
« elle était également juive » dans l'incipit et « on parlait surtout le juif » dans l'extrait.
Un quartier cosmopolite :
Dans l'incipit, Momo dit qu' « il y avait beaucoup d'autres Juifs, Arabes et Noirs à Belleville » , puis dans le second extrait choisi il estécrit : « on parlait surtout le juif et l'arabe entre nous ou alors le français quand il y avait des étrangers ».
Les difficultés de Madame Rose à grimper les six étages :
Au début du livre, le narrateur dit : « on habitait au sixième étage à pied et que pour Madame Rosa, avec tous ces kilos qu'elle portait sur elle et seulement deux jambes, c'était une vraie sources de vie quotidienne ».Plus tard dans le roman, Momo dit que Madame Rose ne se défendait plus « enfin sauf pour l'escalier ».
La peur de voir Madame Rose mourir :
Dans l'incipit : « Elle disait qu'un jour elle allait mourir dans l'escalier, et tous les mômes se mettaient à pleurer parce que c'est ce qu'on fait toujours quand quelqu'un meurt. », puis dans l'extrait suivant : « j'ai même eu peur car je croyaisqu'elle n'allait jamais revenir, tellement elle était au ciel »
Pessimisme de Momo face à la vie :
Momo explique qu'il a « cessé d'ignorer à l'âge de trois ou quatre ans » et que « parfois ça lui manque ». Puis dans la suite du récit il déclare qu'il ne tient « pas tellement à être heureux », qu'au contraire il « préfère encore la vie ». Comme si la quête du bonheur était une perte de temps, etqu'il fallait mieux consacrer ce temps à vivre « la vraie vie ».

Dans cet extrait, Momo livre une vision très pessimiste de la vie.
Premièrement, malgré son jeune âge, il est habitué aux « vols », aux « désintoxication » de son entourage, et il sait déjà ce que sont « l'héroïne » et ses effets. Ces éléments s'opposent au quotidien d'un enfant ordinaire.
De plus, dans le texteapparaissent des termes comme « difficile », « ce n'était pas une vie », qui sont représentatifs du rude quotidien de Momo.
Ensuite, vers le milieu de l'extrait, Momo nous fait par de sa haine à l'encontre du bonheur. Il dit « ne pas tellement tenir à être heureux », préférant « encore la vie ». Comme si la quête du bonheur était une perte de temps, et qu'il fallait plutôt le consacrer à vivre « lavraie vie ». Alors qu'il n'est qu'un enfant, il parle déjà avec le ton d'une personne expérimentée. Il ajoute également que le bonheur « est une belle ordure », ainsi qu'une « peau de vache », et « qu'il faudrait lui apprendre à vivre ». Ces propos nous montrent que le bonheur ne fait pas partie intégrante de la vie de Momo, et que ce dernier a sûrement eu beaucoup de faux-espoirs qui l'ont ainsirendu plus méfiant à l'égard de tout sentiment de bien être.
II)
A la lecture de la seconde analyse de texte et de cet extrait du roman, nous pouvons relever différents points communs, comme :
La joie de Momo :
Dans l'extrait concernant le doublage, Momo assiste à un véritable spectacle , qu'il juge être « la plus belle chose » qu'il ait vue dans sa « putain de vie », au point d'enavoir « des larmes aux yeux ». Dans l'extrait du cirque, Momo dit avoir été « tellement heureux » qu'il voulait « mourir parce que le bonheur il faut le saisir quand il est là ».
Le spectacle s'apparentant à un échappatoire :
Pendant qu'il assiste à la séance de doublage, Momo est tellement bien qu'il se met à imaginer, à rêver. En effet, en voyant toutes ces choses aller à « reculons », ilse met à s'imaginer pouvoir « rembobiner » la vie de Madame Rosa, à se revoir enfant au près de sa mère. Concernant l'extrait du cirque, il qualifie ce moment de « complétement différent de tout ». Grâce à ces deux expérience, il quitte ainsi la réalité pour atteindre une d'imaginaire idéal.
Des scènes fortement décrites :
Dans ces deux extraits, Momo nous offre une description très...
tracking img