Nanterre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1239 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les bidonvilles de Nanterre

Quelques dates

1950 : Besoin de main-d'oeuvre pour reconstruire le pays.
1953 : Premier bidonville à Nanterre.
1960/65 : Les bidonvilles sont à leur maximum (Nanterre 14 000).
1972 : Derniers bidonvilles de Nanterre
1961/62 : Construction des cités de transit
1985 : Démolition de la dernière cité de transit (les Marguerites 250 logements)
Nanterreest une ville de la périphérie parisienne de plus de 80 000 habitants.

La situation dans la période

La France, depuis 1950 et pendant de nombreuses années, a favorisé la venue de nombreux ressortissants Nord-Africains afin d’apporter une main d’œuvre bon marché pour les secteurs du bâtiment et de l’automobile. Ces ressortissants venaient des anciennes colonies françaises.
L’immigrationmaghrébine des années soixante demeure majoritairement le fait d’hommes seuls. Les entreprises gèrent à leur gré le travail et le logement de cette main d’œuvre, trop souvent corvéable à merci.
Vers les années soixante-dix, une loi permet le regroupement familial. Les travailleurs immigrés font venir, quand ils le peuvent, leurs femmes et leurs enfants.
Portugais, Espagnols et Maghrébinsfournissent une main d’œuvre abondante, très peu qualifiée et bon marché. Profitant de la liberté de circulation dont bénéficient jusqu’en 1962 (fin de la guerre d'Algérie) les « Français musulmans », les immigrés algériens constituent un groupe important, en nombre croissant. Ils sont 210 000 en 1954, 460 000 en 1964, puis plus 700 000 en 1975.
 
La crise des années soixante-dix met un terme brutal àcet afflux de travailleurs. La politique d’immigration vise alors au retour au pays. D’acteur de la croissance, l’immigré devient l’indésirable par qui le chômage arrive. Au passage, le statut d’immigré varie au gré de la conjoncture après 1962. Jusqu’en 1968, l’obtention de la carte de résident est automatique. En 1972 il faut  justifier d’un emploi en France. Après 1982 l’immigré est devenul’Étranger.
En 1964, 43% des algériens de France vivent dans des bidonvilles, celui de Nanterre, l’un des 89 de la région parisienne, abrite 14 000 personnes.
Charles de Gaulle, alors président de la République, en exige la destruction. Un plan de résorption de l'habitat insalubre aboutit à la construction des cités de transit, des baraques de métal ou de béton, prévues pour être provisoires, mais quivont perdurer des années en attendant que toutes ces familles soient relogées dans un logement social.

La situation dans le bidonville

Les bidonvilles sont l’émergence d’un besoin d’hébergement d’abord provisoire (l’immigré doit retourner au pays), puis d’un lieu de regroupement de personnes originaires de région d’Algérie, du Portugal ou du Maroc. Par la suite les hommes ont commencé àfaire venir les femmes et les enfants.
C’est un lieu sans hygiène, sans eau courante sauf quand il pleut, alors cela devient un bourbier. C’est aussi des descentes de polices régulières et brutales, des incendies, des rats et bien d'autres misères. Au fils des années, les baraques se structurent (plusieurs pièces) elles se revendent, des ruelles voient le jour, ainsi que des commerces.
En France,"le bidonville c’est pour les Arabes," même si les travailleurs français sont chassés des villes dites bourgeoises et sont relogés dans des caravanes.
Le bidonville est fait de baraques en tôle et bois, en algérien le bidonville s’appelle le Chaâba.
Il n’y a qu’un seul W.C,  les rues sont étroites, sales et boueuses, elles sont pleines de vieux objets, de déchets, il y a souvent une déchargeà côté.
Les « maisons » sont formées d’une seule pièce, elles sont insalubres et composées de lits, d’une cuisinière ou d’un réchaud et d’une table. Les fenêtres sont fermées avec des ficelles ; pour se laver, il y a une bassine, qui sert également pour la toilette.
Peu de Français sont dans ces bidonvilles, quelques couples mixtes, dans ces cas le « Français » sert d’écrivain public et...
tracking img