Ne desire t-on pas que ce dont on manque ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (423 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le gone du Chaâba (1986) d’Azouz Begag
L´auteur du roman :
Azouz Begag est né en 1957 à Lyon de parents originaires
d’Algérie. Ses parents étaient analphabètes comme la majorité des
immigrés duMaghreb de cette époque. Aujourd’hui, il est docteur
en économie, écrivain et chercheur en sciences sociales.
Dans Le gone du Chaâba, il raconte son enfance passée dans un
bidonville deVilleurbanne, près de Lyon. Au Chaâba, c´étaient
des conditions de vie tragiques et cruelles, mais aussi des moments
de bonheur qu’Azouz Begag n’a pas oubliés. Le roman est
autobiographique.

Le gone duChaâba (1998) de Christophe Ruggia
Le réalisateur du film :
Né en 1965 à Rueil Malmaison (près de Paris), de père pied-noir* et de mère
bretonne, Christophe Ruggia a passé son enfance dans la région deMarseille. Il se
sent très proche de l'enfance du romancier Azouz Begag, mais il n'a vu l'Algérie
pour la première fois qu'en 1999 pour y présenter son film. Dans son travail
cinématographique, ils’intéresse aux jeunes en difficulté. Lui même a été un enfant
déraciné qui a dû suivre un père voyageur. A 7 ans, il a déjà vécu au Maroc, au
Canada, en Angleterre, en Allemagne et en Australie.Orphelin à 8 ans, il va grandir
avec sa mère et sa soeur dans le Sud-Ouest de la France où il a du mal à trouver des
repères.
"C'est un film que j'ai fait pour les enfants, dit Christophe Ruggia.Quand je l'ai
fait, je pensais aux 8-12 ans, moment décisif pour la lecture et l'écriture."
* Les pieds-noirs sont les Français qui vivaient en Algérie et qui ont dû retourner en France aprèsl’indépendance de l’Algérie en 1962.

Dans les faubourgs de Lyon en 1965, trois ans après l’indépendance de l’Algérie.
« Mon père a une petite maison à lui avec un grand terrain. C'est pour ça qu'il ainvité son frère Saïd et ses amis d'El Ouricia (Algérie) qui fuyaient la pauvreté ou
la guerre... Ça fait comme un village. Nous, on appelle ça le Chaâba ». Le village
dont parle Omar, c'est un...
tracking img