Nouveau consommateur

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3666 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LA GESTION DE LA CHAINE LOGISTIQUE :
UNE REPONSE STRATEGIQUE AUX EXIGENCES
DES “NOUVEAUX” CONSOMMATEURS

Synthèse par Didier Coccolo, professeur d’économie et gestion
au lycée Saint Exupéry à Marseille

Introduction :

Les récents changements dans le management de l’entreprise, en plaçant le client au centre même de la chaîne de décision, ont entraîné une évolution considérable desoutils de pilotage stratégique de l’entreprise. Parmi ceux-ci, le « management de la chaîne logistique » apparaît comme l’un des plus performant à la fois en matière de gain de productivité et de qualité de services rendus aux clients.

L’étude du « management de la chaîne logistique » ne peut donc s’envisager sans étudier au préalable les évolutions des exigences du « nouveau » consommateur et dela panoplie de réponses concrètes que l’entreprise met en place pour le séduire et le fidéliser.

Du point de vue de l’étude du consommateur, 3 différentes écoles coexistent :

❑ L’école « américaine » est la plus importante et la plus ancienne. Elle considère l’environnement marketing d’un point de vue global et instrumental. Elle est à l’origine de la prise de conscience de l’importancede l’environnement de l’entreprise (Peter Drucker), de la définition des principaux outils d’analyse (segmentation des marchés, rôle et structure de l’organisation, reeingénierie, benchmarking etc …)

❑ Depuis le début des années 90 apparaît ce que l’on appelle « l’école scandinave » qui met en avant une vision du marketing basée sur la notion de services exprimés dans la relationfournisseurs / clients. En d’autres termes ils ont principalement travaillé sur les facteur de différentiation et d’enrichissement de l’offre (Cf. NOKIA, ERICSON, LEGO …)

❑ Enfin l’école « latine » adopte une vision résolument sociologique, tant dans l’analyse (notions de « tribus », individualisation des comportements, tendances sociétales …) que dans les réponses aux changements desconsommateurs (marketing interactif …). Cette « école » s’appuie sur des travaux de philosophes et de chercheurs parfois à la limite du marketing.

1 – Le nouveau consommateur

Un constat : Les sociétés riches de la zone OCDE sont en profonde mutation. Il est probable que les récents évènements du monde vont encore accélérer cette évolution.
Ainsi, depuis la fin des années 90, les sociologuesconsidèrent que nous sommes rentrés dans une société « postmoderne »

Ce concept de « postmodernisme » repose sur le constat d’une société sans idéologie dominante, caractérisée par la pluralité des valeurs et des styles. Ainsi l’émergence de pratiques de consommation de plus en plus individuelles (ou par petites « tribus » homogènes) introduit la notion de « société de consommateurs » par opposition àune « société de consommation »

| | |
|SOCIETE DE CONSOMMATION |SOCIETE DE CONSOMMATEURS |
| ||
|Idéologies dominantes |Pluralité des valeurs, anti-totalitarisme. |
| |Individualisme, tribus |
|Idéaux collectifs|Hyper choix |
|Choix large mais limité |Hyper information |
|Information ciblée |Consommation « identitaire » |
|Consommation « paraître »...
tracking img