Peau de chagrin

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1166 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Balzac publie la Peau de chagrin en 1831.
Résumé du roman de Balzac
Première partie : Le Talisman
Un après-midi d'octobre 1830, un jeune inconnu pénètre dans une maison de jeu, située dans les jardins du Palais Royal, à Paris. Le jeune homme vient jouer sa dernière pièce d'or. Il perd et décide d’en finir avec la vie. Il longe la Seine . Se noyer en plein jour le rebute. Il préfèreattendre la nuit pour rendre son suicide plus mystérieux. Il admire une jeune femme, riche et belle, qui disparaît dans son superbe équipage. Il souhaite conserver « cette dernière image du luxe et de l'élégance » .
L'inconnu marche quai Voltaire et entre dans un magasin d'antiquités. Il souhaite attendre la nuit et décide pour passer le temps de marchander quelque objet d'art. Lorsque surgitl’antiquaire, personnage énigmatique, le jeune homme finit par avouer ses intentions et sa volonté d'en finir avec la vie. Le vieil homme lui montre alors « une peau de chagrin » ayant le pouvoir d’exaucer tous les vœux de son propriétaire : « _ Si tu me possèdes, tu possèderas tout, mais ta vie m'appartiendra ». Le vieillard met en garde le jeune homme : chaque désir exaucé fera diminuer la taille decette peau, symbole de sa vie : « Le cercle de vos jours, figuré par cette Peau, se resserrera suivant la force et le nombre de vos souhaits, depuis le plus léger jusqu'au plus exorbitant_ ». Le jeune homme accepte ce pacte diabolique, sans bien mesurer les mises en garde de l'antiquaire.
En sortant de chez l'antiquaire, le jeune inconnu rencontre par hasard trois de ses amis qui justementétaient à sa recherche. Nous découvrons l’identité du jeune homme qui a pour nom Raphaël de Valentin. Ses amis lui indiquent qu’ils se rendent chez un banquier qui a décidé de fonder un nouveau journal. Suite à la révolution de juillet 1830, ils souhaitent que ce journal puisse tout à la fois satisfaire les mécontents tout en préservant les intérêts de la grande bourgeoisie. Les jeunes gens ont bienconscience de perdre leurs illusions. Mais ils évoquent cette compromission avec ironie et cynisme. Raphaël de Valentin se verrait bien diriger ce journal.
Lors du banquet chez le banquier Taillefer, qui habite un hôtel particulier luxueux , le vin coule à flot. Grisés par l’alcool, les convives échangent des propos d’une rare vacuité. Raphaël côtoie un groupe de courtisanes et engage laconversation avec deux d’entre elles : Aquilina et Euphrasia. Ces deux courtisanes dénoncent l’asservissement auquel la femme est soumise dans la société moderne. Elles indiquent toutes deux à Raphaël leur volonté de s'imposer dans la société par leur beauté. Après ce repas luxueux , l’orgie bat son plein parmi les convives. A la fin de la soirée, Emile Blondet, l’un de ses amis presse Raphaël d’exposer lesraisons qui l’ont poussé à vouloir se suicider. Raphaël entreprend alors de raconter sa vie.
Deuxième partie : La femme sans cœur
Raphaël commence alors le récit de ses années d’enfance et de collège. Sa mère est morte alors qu’il était très jeune. Il présente son père comme un être autoritaire et froid qui a pour ambition que son fils fasse son droit, devienne un homme d'État afin dedéfendre l'honneur de la famille. Il souhaite aussi que son fils puisse racheter des terres qu’il avait acquises à l'étranger sous l'Empire et que contestent maintenant ces pays redevenus souverains. Mais les créanciers exercent une sinistre pression. Ils obligent Raphaël à vendre les biens qu’il avait hérités de sa mère . Il ne peut sauver que l’île sur la Loire où est enterrée sa mère. En 1826 sonpère meurt « de chagrin ».
Raphaël rêve alors d’une grande destinée. Persuadé de son génie, il décide de vivre pauvrement et de se consacrer à écrire l’œuvre dont il rêve. Il s’installe dès l’automne 1826 dans une modeste chambre d’un humble hôtel du quartier latin . Il se lie d’amitié avec Mme Gaudin , la gérante de l’hôtel, et Pauline , sa fille.
Fin 1829, il rencontre Rastignac ....
tracking img