Pension

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 49 (12219 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Robert Maxwell MC

Cas périphérique 6

LES FONDS DE PENSION

ET D’INVESTISSEMENT

Michaël SHANKS

michael.shanks@free.fr

Dernière révision: octobre 2007

LES FONDS DE PENSION

A la suite de stratégies d’investissement bien conduites, les fonds de pension des entreprises britanniques se sont retrouvés au cours des années 80 avec des excédents importants: les cotisations àla fois des employés et des employeurs dépassaient largement les besoins au titre des versements dus aux pensionnés et du coup des sommes d’argent impressionnants se trouvaient disponibles. Du côté des adhérents un consensus se dégageait pour affirmer que puisque les sommes versées étaient en fait un salaire différé, tout excédent revenait de plein droit aux cotisants. Mais dans l’esprit de biendes directeurs financiers des grands groupes une autre logique prévalait ; à leurs yeux, les fonds de pension représentaient un gigantesque « centre de profit » à la disposition des entreprises. C’était la conviction que partageait RM.[i]

La pratique qui consistait à mettre la main dans les fonds pour résoudre des problèmes de trésorerie était aussi vieille que les fonds eux-mêmes. Mais à la findes années 80, du fait d’une récession générale des affaires, cette pratique s’est quelque peu généralisée et les exemples se multipliaient dans bien des milieux économiques.

En 1984, au moment où RM rachète le groupe Mirror Group Newspapers (MGN) et en devient P-DG, le fait que le fond de pensions de l’entreprise Mirror Group Pension Scheme (MGPS) était excédentaire ne lui a pas échappé. Dansun premier temps, les membres du conseil d’administration du fonds lui ont tenu tête ; on se réunissait, on actait toutes les réunions au moyen de comptes-rendus précis et réguliers et on faisait circuler ces documents dans l’entreprise. En septembre 1985 un examen de la situation des fonds met en évidence un excédent important. RM s’est mis en tête de persuader les administrateurs qu’un bilanbénéficiaire devait faire partie de son plan de sauvetage pour MGN; les banquiers seraient impressionnés des bons résultats et les investisseurs reprendraient confiance. Une motion était donc votée selon laquelle les adhérents devaient continuer à verser leur contribution de 6% de leur salaire mensuel au fonds, alors que RM l’employeur s’est vu décerné le droit d’interrompre sa contributionréglementaire de 14%. Il s’est octroyé ce qu’on appelle dans le jargon « un congé d’employeur ». Résultat, le bilan du MGN s’en est trouvé considérablement embelli.

Pour pouvoir disposer en toute légalité des actifs d’un fond, RM devait obligatoirement faire partie de son conseil d’administration. Il s’est donc présenté à une réunion du conseil d’une entreprise d’investissement MGPTL (Mirror GroupPension Trustees Limited ) contrôlée par le fonds de pension du groupe MGPS en exigeant qu’il soit élu Président de cette société chargée d’administrer les fonds de MGPS. Il réussit son coup de force et fut élu aux postes de président et de directeur général.

Un incident qui eut lieu au cours d’une réunion ultérieure avec les syndicats illustre bien la philosophie de RM à l’égard des fonds depension. Au cours de la discussion il se référa au fond de pension comme étant «son» fonds à lui ce qui déclencha une vive polémique avec les participants. Il se tourna alors vers M. Hudgell secrétaire du conseil d’administration du MGPTL et le pria d’expliquer qui était le propriétaire de ce fonds. M. Hudgell exposa la structure du capital des différents fonds et signala que les fonds de pensionfaisait partie en dernière instance du groupe Pergamon Publishers SARL, dont le fonds MGPTL était une filiale. Maxwell de conclure «Exactement, merci. Le propriétaire des fonds de pension, c’est donc moi».

Hudgell, qui avait connu le système mis en place par la famille Reed, les propriétaires précédents du journal The Daily Mirror, et qui n’appréciait pas particulièrement les méthodes brutales...
tracking img