Philo explication bergson

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1685 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Devoir maison de philosophie
Étude du texte de Bergson- extrait Le Rire

« Mes sens et ma conscience ne me livrent donc de la réalité qu’une simplification pratique. Dans la vision qu’ils me donnent des choses et de moi-même, les différences inutiles à l’homme sont effacées, les ressemblances utiles à l’homme sont accentuées, des routes me sont tracées à l’avance où mon action s’engagera.Ces routes sont celle où l’humanité entière a passé avant moi. Les choses ont été classées en vue du parti que j’en pourrai tirer. Et c’est cette classification que j’aperçois beaucoup plus que le contour et la forme des choses [...] L’individualité des choses et des êtres nous échappe toutes les fois qu’il ne nous est pas matériellement utile de les apercevoir. Et la même ou nous la remarquons(comme lorsque nous distinguons un homme d’un autre homme), ce n’est pas l’individualité même que notre œil saisit, c'est-à-dire une harmonie tout à fait originale des formes et des couleurs, mais seulement un ou deux traits qui faciliterons la reconnaissance pratique.
Enfin pour tout dire, nous ne voyons pas les choses même ; nous nous bornons, le plus souvent à lire des étiquettes collées surelles. Cette tendance, issue du besoin, s’est encore accentuée sous l’effet du langage. Car les mots (à l’exception des noms propres) désignent des genres. Le mot, qui ne note de la chose que sa fonction la plus commune et son aspect banal, s’insinue entre elles et nous, et en masquerait la forme à nos yeux si cette forme ne se dissimulait déjà derrière les besoins qui ont créé le mot lui-même. Etce ne sont pas seulement les objets extérieurs, ce sont aussi nos propres états d’âme qui se dérobent à nous dans ce qu’ils ont d’intime, de personnel, d’originalement vécu. Quand nous éprouvons de l’amour ou de la haine, quand nous nous sentons joyeux ou tristes, est ce bien notre sentiment lui-même qui arrive à notre conscience avec les mille nuances fugitive et les mille résonnances profondesqui en font quelque chose d’absolument notre ? Nous serions alors tous romanciers, tous poètes, tous musiciens. Mais le plus souvent nous n’apercevons de notre état d’âme que son déploiement extérieur. Nous ne saisissons de nos sentiments que leur aspect impersonnel, celui que le langage a pu noter une fois pour toutes parce qu’il est à peu près le même, dans les même conditions, pour tous leshommes. Ainsi, jusque notre propre individu, l’individualité nous échappe. Nous nous mouvons parmi des généralités et des symboles [...]. Nous vivons dans une zone mitoyenne entre les choses et nous, extérieurement aux choses, extérieurement aussi à nous-mêmes. »
Le Rire, P.U.F. (Bergson).

Ici Bergson, nous fait nous interroger sur notre vision sur le monde. Dans ses propos, il dénonce unécart entre la réalité du monde et la représentation que nous nous en faisons. Pour lui, l’homme ne perçoit pas le monde dans sa totalité. La question à laquelle Bergson nous amène est : y a-t-il une certaine attitude à adopter pour bien percevoir le monde ? Et quel est-elle ? Y a-t-il des hommes capables de percevoir le monde dans son intégralité ?
Le raisonnement de Bergson procède selon troisétapes :
Tout d’abord, le début du texte dans lequel Bergson nous fait prendre conscience que nous ne percevons pas bien le monde (lignes 1 à 15). Ensuite dans une deuxième partie il nous parle du langage qui constituerait une sorte de « voile » entre les choses et nous même, entre la réalité et ce qu’on en perçoit (ligne 16 à 30). Dans la troisième et dernière partie Bergson remet en cause notreindividualité et nous donne une réponse pour nous aider à mieux percevoir, mais soulève malgré tout une question faut-il être artiste pour avoir une vision du monde exhaustive ?
La vision est une perception visuelle du monde extérieure, mais pour percevoir nous avons besoin de nos sens et de notre conscience. Notre vision du monde devrait alors être personnelle, puisque nos sens contribue à...
tracking img