Philosophie commentaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1203 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
PHILOSOPHIE
plan de commentaire :
1.Marc Aurèle expose sa théorie de l'introspection que l'âme raisonnable serait capable de faire en se ''contemplant elle-même''
2.Le philosophe stoïcien développe l'idée que cette âme a soif d'apprendre pour tendre vers le savoir infini
3.L'empereur romain cite quelques valeurs de cette âme raisonnable et constate qu'elle peut être assimilée à uneidée de justice

Introduction :
Dans Pensées pour moi-même, Marc Aurèle, empereur romain du IIe siècle, nous présente sa définition de l'âme raisonnable. Ce philosophe est stoïcien, le stoïcisme est une école philosophique de la Grèce Antique qui prône de vivre en accord avec la nature et la raison et de faire face aux difficultés de l'existence. L'auteur pose ainsi la problématique suivante :comment se définit l'âme raisonnable ? L'âme est ici associée à la raison qui reste la faculté de discerner le bien du mal pour le sujet. Celui-ci y trouve alors des directives pouvant rythmer sa vie. La raison doit également guider les hommes vers le savoir, idée qui sera développée dans la seconde partie de cette explication. L'âme est quant à elle la partie spirituelle de l'être humain, elle luipermet de penser, d'avoir des sentiments et même une conscience. L'âme s'oppose au corps. On peut ainsi penser que l'âme raisonnable est une âme qui tend à faire le bien. 

Développement :

[...] La pensée change sans arrêt dans une idée de progression pour l'auteur comme par exemple après avoir été soumise à un préjugé sur une personne, on découvre qu'en réalité, cette personne estexceptionnelle. De plus, Marc Aurèle suppose que l'âme raisonnable est libre par l'expression « se fait ce qu'elle veut être ». Elle peut agir libérée de toute contrainte et n'est soumise à aucune autorité. Par exemple, l'Homme pense énormément en lui et n'extériorise, ne rend accessible aux autres que très infime partie de cette pensée. Il est libre de ne pas dire ce qu'il pense. [...]

[...] Il en est demême pour la plante qui commence à se dessécher lorsqu'elle manque d'eau. L'Homme peut garder cette pensée en lui sans la manifester aux autres qui ne sont pas au courant de notre soif que si on l'exprime à haute voix. Pour finir avec cette partie, Marc Aurèle aborde l'aspect « achevé » de l'âme lorsque la vie se termine, même prématurément. Il l'oppose en cela à une danse ou une pièce de théâtrequi n'ont aucun sens si elles sont interrompues avant leur fin prévue, avant le moment attendu. [...]

[...] Pensées pour moi-même, de Marc AURELE Livre XI, § 1 www.oboulo.com Dans, Pensées pour moi-même, Marc Aurèle, empereur romain du Il siècle, nous présente sa définition de l'âme raisonnable. Ce philosophe est stoïcien, le stoïcisme est une école philosophique de la Grèce Antique qui prônede vivre en accord avec la nature et la raison et de faire face aux difficultés de l'existence. L'auteur pose ainsi la problématique suivante : comment se définit l'âme raisonnable ? Il affirme alors que l'âme raisonnable porte un regard sur elle-même, sur d'autres vies passées et futures, sur l'univers qui l'entoure et qu'elle représente la justice. [...]

Résumé :
1. Voici les facultés propresde l'âme raisonnable. La psychologie moderne n'a rien à ajouter à cette analyse de l'âme ; les traits en sont un peu généraux, mais ils sont d'une justesse profonde. Marc-Aurèle ne fait, d'ailleurs, que résumer les doctrines antérieures, et particulièrement la doctrine platonicienne. - D'une pièce de théâtre. Voir plus loin. liv. XII, § 36. - De pouvoir embrasser le monde entier, c'est-à-dire, dese mettre en rapport avec l'infini, sons toutes ses formes, et de le comprendre dans une certaine mesure, soit comme espace, soit comme durée. - La régénération périodique de toutes choses. Voir plus haut, liv. V, § 13 et 22, et liv. X, § 7. - Rien de nouveau. Sur l'uniformité des choses de ce monde, voir plus haut, liv. VI, § 37, et liv. VII, § 1. Voir aussi les notes où cette pensée est...
tracking img