Polution

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 29 (7245 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
CYBERCRIMINALITE

Le contenu litigieux d'un site internet

- Un site pédophile
- Un site incitant à la haine raciale
- Un site faisant l'apologie du terrorisme

Une escroquerie sur internet

- Par utilisation frauduleuse de votre numéro de carte bancaire
- Par une vente fictive sur un site de vente aux enchères

Un piratage informatique

Pour tout renseignement, pour signaler unmail ou un contenu illicite d'internet

Autrefois réservée aux seules bandes organisées, l'informatique est aujourd'hui tellement banalisée que les forces de l'ordre ont dû s'adapter. Avec notamment l'ouverture en 2001 d'un Office central de lutte contre la criminalité liées aux technologies de l'information et de la communication (OCLCTIC).
Ce dernier est principalement compétent en matière defraudes aux télécoms, contrefaçons de logiciels, escroqueries liées au commerce électronique et d'infractions à la cryptologie. « Nous intervenons aussi bien pour la police, la gendarmerie et les douanes, résume la commissaire divisionnaire, Catherine Chambon, responsable de l'OCLCTIC. Qu'il s'agisse d'une enquête préliminaire ou de la demande d'un magistrat. »
Faire parler les disques durs etexplorer les bases de données
Outre l'activité de l'Office qui relève de la Direction des affaires économiques et financières, la police technique et scientifique a, de son côté, développé un Service de l'informatique et des traces technologiques (SITT). Avec une double mission : d'une part, assurer la gestion du réseau et la maintenance informatique de la police judiciaire, et, d'autre part,développer les fonctions d'analyse et d'expertise afin d'élaborer des logiciels spécifiques au monde policier. « Nous avons ainsi ouvert cinq laboratoires avec chacun leur spécialité : audio, vidéo, informatique, GSM et électronique » , explique le commissaire principal Jean-François Fauroux, qui dirige le SITT.
C'est aux équipes de SITT qu'il revient de faire parler les disques durs des ordinateursimpliqués dans des affaires judiciaires. « Nous travaillons sur l'intégralité du disque : ce qui est visible et ce qui a été effacé, prévient le commissaire Fauroux. Et cela même si la montée en puissance des mémoires disponibles accroît considérablement le travail. » Idem pour les bases de données, dont son service s'est fait une spécialité d'extraire les images illicites. Etant donné que le SITT,basé à Ecully dans le Rhône, est unique en son genre dans l'Hexagone, il est amené à gérer les demandes émanant des policiers de toute la France.
La mission, plus terrain et moins laboratoire, de l'OCLCTIC se ressent dans le profil de l'équipe. « Nos agents sont avant tout des experts de la procédure pénale, prévient Catherine Chambon. Et il s'avère qu'ils ont tous également une passion ou undiplôme dans le domaine informatique. »
Avec environ 150 dossiers traités par an, les 35 collaborateurs de l'Office ont atteint leur vitesse de croisière. En attendant un doublement des effectifs d'ici 2007, selon la promesse faite par Dominique de Villepin au mois de septembre dernier.
L'OCLCTIC est habilité à intervenir, dès lors que l'infraction en question n'aurait pu exister ou se développersans internet ou un support informatique. Une définition qui inclut donc le piratage de comptes bancaires en ligne, les escroqueries sur les sites de ventes aux enchères ou les trafics de puces de téléphones portables.
Preuve supplémentaire de la hausse de cette criminalité des temps modernes : la désignation, dans chacun des tribunaux de grande instance des cours d'appels de Paris et de Versailles,de magistrats référants spécialisés dans le domaine des technologies de l'information. Ces derniers sont à même de prendre en charge des dossiers à forte teinte high-tech. « Il est difficile d'établir une cartographie de la cybercriminalité, constate Catherine Chambon. Car les entreprises sont encore réticentes à dénoncer les abus dont elles ont fait l'objet. De peur, sans doute, d'altérer...
tracking img