Populations autochtones

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 27 (6584 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
HERITER & INNOVER

[pic]

LES PEUPLES
AUTOCHTONES

TPE

INTRODUCTION (p.1)

1ère PARTIE : LES PEUPLES AUTOCHTONES ET LES SOCIETES DOMINANTES (p.5)

I. LES PREMIERS CONTACTS
A] LES AÏNOUS : une relation conflictuelle
B] LES ABORIGENES : victimes de l’idéologie coloniale
C] LES YANOMAMIS : un "Far West " Amazonien

II. UNE CERTAINE EVOLUTION DES COMPORTEMENTS
A] LES AÏNOUS : une politique culturelle stricte
B] LES ABORIGENES : politiques foncière et linguistique
C] LES YANOMAMIS : la politique indigéniste

2E PARTIE : LES PEUPLES AUTOCHTONES LEUR INTEGRATION DANS LA SOCIETE ACTUELLE(p.17)

I. UNE ADAPTATION RELATIVE
A] LES AÏNOUS : une lutte pour plus de reconnaissance
B] LES ABORIGENES : une adaptation lente et difficile
C] LES YANOMAMIS : l’incompatibilité des modes de vies

II. DES INEGALITES QUI PERSISTENT (p.20)
A] LES AÏNOUS : voués àdisparaître ?
B] LES ABORIGENES : une précarité importante
C] LES YANOMAMIS : une législation non respectée

CONCLUSION (p.25)

ANNEXE :
LEXIQUE (p.26)

[pic] [pic]
Ameridien des USA Aïnous du Japon

Que faut– il entendre derrière le terme " peuple autochtone" ?
Dans un contexte général, l’expansion coloniale, commencée au XVI e siècle, continuée et intensifiée au XIX e et XX e siècles, a eu un effet décisif sur le devenir des sociétés et des cultures rencontrées. Les peuples autochtones désignent aujourd’hui les populations qui se rattachent à des traditions locales qui existaient avant la"colonisation".
Ces minorités peuvent être définies selon deux critères principaux. Premièrement, elles ont en communs de ne pas être totalement assimilées, "diluées" dans les sociétés qui les entourent et de revendiquer une autre histoire et une autre culture que ces sociétés. En second lieu, les peuples autochtones sont souvent restés à l’écart de l’influence exercée par les institutionstelles que l’Education, l’Armée, la Justice, les services sociaux et la Religion.
C’est en 1972, que la base de tous les travaux de L’ONU, le rapport Martinez Cobo, définit les autochtones à partir de trois critères précis : l’antériorité (correspondant à la présence historique de ces peuples avant l’arrivée des colons), une position de dominés qui souvent accompagnée d’un inégal accès auxressources économiques et à la culture moderne, et une identité culturelle spécifique entraînant malheureusement un certain rabais de la part des Etats qui les traitent en "mineurs de droits".
Cependant, il n’existe pas de définition officielle de peuples autochtones qui fait l’unanimité, en raison des différentes attitudes qu’adopte la société dominante. Néanmoins, une Déclaration desDroits des populations autochtones est en préparation à l’ONU.

Les peuples autochtones cherchent la plupart du temps à être mieux reconnus. Mais que réclament-ils ? Les principales revendications concernent l’égalité des droits civils et collectifs sur les territoires qu’ils occupent ou ayant été occupés par eux. Ils souhaitent une attribution ou un élargissement de droits concernant lesterres mais également avoir le contrôle des ressources génératrices de richesses présentes sur le territoire qu’ils occupent. Les conditions de minorité culturelle doivent cesser, permettant ainsi aux personnes issues des populations autochtones d’accéder à la représentation politique.

[pic] [pic]
Aborigènes d’Australie...
tracking img