Pourquoi fait-on de la philosophie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1829 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 avril 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Pourquoi fait-on de la philosophie ? |

- On s’étonne toujours de la question, car elle est provocante : elle interroge le bien fondé, le fondement même de la philosophie. Elle interroge de façon implicite « À quoi sert la philosophie ? » Dans l’enseignement français, la philosophie est obligatoire dans toutes les sections. Si elle est obligatoire c’est qu’il y a une raison. Au fond, elle nousapprend à réfléchir, elle remet en question les sentiments, et elle développe l’esprit de critique ; il semble qu’elle nous apprend à réfléchir, c’est prétentieux de la part de la matière et c’est faux car on réfléchissait avant. Elle semble ne pas avoir d’objet d’étude prédéfinit puisqu’elle réfléchit sur presque tout.

- Qu’est ce que la philosophie ? Qu’est ce qu’un problème philosophique ?Qu’est ce qu’on attend de nous au baccalauréat de philosophie ?

I – Est-ce à chacun ses opinions ?

Programme : Vérité – Raison - Croyance

- Cela dépend des domaines : opinions interdites (racismes). Il faut distinguer en fait et en droit :
* Nous mangeons des animaux, c’est un fait ;
* Mais avons nous le droit de manger les animaux ? (on ne comprend pas une loi, mais c’est une exigencemorale) ;
* Les hommes sont violents, mais avons nous le droit d’être violent ? On réfléchit toujours au rapport avec les lois.

- Dans la science, on ne peut pas trop les remettre en questions ces démonstrations. La vérité est une (universelle) alors que les opinions sont plurielles. En sciences il n’ y a pas d’opinion car nous pouvons montrer ce que nous avançons. On peut avoir une opinion dans lapolitique, là où il n’y a pas de vérité, l’art, la religion, l’histoire… Tout ceci est le programme : il n’y a pas de vérité que d’opinion. Il n’y a pas de vérité établit dans tous les domaines. Dans les disciplines qu’on considère subjectif, il y a moyen de s’entendre.

A – L’opinion et la science.

Étude d’un cas de Semmelweis : « Qu’est-ce que la recherche scientifique ? »

1 - Quelle est leproblème auquel Semmelweis est il confronté ?

Il y a un plus grand nombre de mort dans son service que dans l’autre : il va chercher les explications, chercher les causes comme c’est souvent le cas en science.

2 - Pourquoi les deux premières opinions  (l’épidémie et l’entassement) sont-elles immédiatement rejetées par Semmelweis ?

- L’épidémie sera réfutée car elle est en totalecontradiction avec les faits : elle ne peut frapper un service et pas l’autre.
- L’entassement se fait dans le second service et pas dans le sien donc elle est absurde.

3 - En quel sens l’explication psychologique paraît-elle mieux fondé que les deux autres ? Comment s’y prend-t-il pour savoir si elle est vrai ?

- Le prêtre ne passe que par le service où travaille seulement : on pensais que c’est la vue duprêtre (elle est incompatible avec les faits) il demandera au prêtre de changer de direction et comme il ne se passe rien, alors l’opinion est fausse. Il ne trouve aucune explication, il raconte qu’il y a même eu une délégation de médecin qui s’est inquiétée et sont venue chercher la cause et après une enquête bâclée, ils rédigent un rapport dans lequel ils affirment la maladresse des étudiants. OrSemmelweis montrera que ce rapport n’est pas sérieux et que les arguments ne tiennent pas la route. Il découvre la vérité de la manière suivante : son ami se coupe avec un scalpel qui avait servi pour les cadavres, mais il développe les mêmes symptômes que ces patientes, et il découvre qu’il y a un lien de causalité entre la maladie et le cadavre.
Il se rend compte qu’il n’y a que dans son serviceque les étudiants ont un cours d’anatomie en ouvrant les cadavres. Semmelweis découvre la présence des microbes sans le savoir. Il leur demande de se laver les mains au chlorure de chaux : la mortalité chute. Mais malgré les preuves et les démonstrations, il ne sera pas pris au sérieux et les autorités médicales refuseront de suivre ces conseils.

4 - Le problème de la mortalité est-il ici...