Projet de lutte contre le cholera en h

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2080 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Titre du projet : Projet de prévention du cholera dans la zone de lascahobas

Prepare dans le cadre de la lutte contre le cholera en milieu rural

Mai 2011

Préparé par :

LOUINE Martineau MD

SIGUE Marken Depute

PLAN

I- Résumé

II- Analyse contextuelle

III -Description du projet

o Objectif général

o Objectif spécifique

o Stratégies d’intervention

o Les activités à développer

o Les résultats et impacts attendus

IV-Hypothèses, risques et flexibilité

V- Modalités de mise en œuvre
1-Les moyens physiques et non physiques nécessaires
2-La budgétisation détaillée des activités
3-L’échéancier deréalisation
4-Modalités et plan de financement
5-Graphique des responsabilités opérationnelles
6-Mécanismes de suivi et d’évaluation

VI- Facteurs de qualité
Index
Annexes

RESUME
Decouvert en 1854 par Paccini et redecouvert en 1883 par Koch la fameuse bacterie surnommee le Vibrio Cholerae ne cesse de defrayer la chronique.En effet Au XIXe siècle, le choléra s’estpropagé à plusieurs reprises de son réservoir d’origine dans le delta du Gange, en Inde, au reste du monde, avant de se cantonner dans le Sud de l’Asie. Les six pandémies observées ont fait des millions de morts en Europe, en Afrique et dans les Amériques. La septième pandémie, qui sévit encore aujourd’hui, a commencé en 1961 dans le sud de l’Asie et a gagné l’Afrique en 1971 et les Amériques en 1991. Lamaladie est désormais endémique dans de nombreux pays et il est impossible actuellement d’éliminer l’agent pathogène dans l’environnement.
Deux sérogroupes de V. cholerae, les sérogroupes 01 et 0139, peuvent causer des flambées épidémiques. Les principaux réservoirs sont l’homme et les milieux aquatiques propices à la prolifération d’algues (plancton) comme l’eau saumâtre et les estuaires. Derécentes études indiquent que le réchauffement climatique pourrait créer un environnement favorable à V. cholerae et augmenter la fréquence de la maladie dans les zones vulnérables. La plupart des flambées épidémiques sont dues au sérogroupe 01. Le sérogroupe 0139, mis en évidence pour la première fois en 1992 au Bangladesh, possède les mêmes facteurs de virulence que le 01 et le tableau clinique estsimilaire. Sept pandémies sont recensées :
• 1re pandémie (1817-1825) : partie de l'Asie elle touche l'Afrique orientale et à partir de 1823 l'Asie Mineure et dans la foulée, la Russie, et l'Europe.
• 2e pandémie (1826-1841) : l'épidémie se propage à partir de la Mecque vers l'Égypte puis l'Europe.
• 3e pandémie (1846-1861) : l'épidémie partie de la Chine touche le Maghreb (enparticulier l'Algérie) puis l'Europe.
• 4e pandémie (1863-1876) : elle touche l'Europe du Nord, la Belgique en 1866, puis la France, l'Afrique du Nord et l'Amérique du Sud.
• 5e pandémie (1883-1896) : l'épidémie diffuse à partir de l'Inde vers l'est et l'ouest sur plusieurs continents.
• 6e pandémie (1899-1923) : à partir de l'Asie, l'épidémie se répand en Russie et de là en Europecentrale et occidentale.
• 7e pandémie (depuis 1961) : la 7e pandémie, partie de l'Indonésie en 1961, envahit l'Asie (1962), puis le Moyen-Orient et une partie de l'Europe (1965), et s'étend ensuite en 1970 au continent africain, et en 1991 à l'Amérique latine. C'est en Afrique, où le choléra sévit désormais de façon endémique, que la situation est la plus préoccupante aujourd'hui. Une épidémies'est aussi déclarée à Kaboul après l'occupation américaine de l'Afghanistan ; plus de 2 000 cas étaient recensés dans la capitale afghane en juin 2005[6]. Une épidémie de choléra touche Haïti à l'automne 2010 .
En effet depuis la fin du mois d’Octobre 2010 Haiti fait face a une terrible epidemie de cholera qui a déjà fait 5000 morts.Les investigations ont pu demontrer clairement que la...
tracking img