Proposer la lecture d'un classique de la littérature médiévale à des adolescents

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 95 (23501 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Table des matières

Table des matières 1
Introduction 2
I. Une œuvre classique conseillée à la lecture des adolescents 3
A. Une œuvre classique de la littérature du Moyen Age 3
B. Un renouveau dans l’édition pour la jeunesse 7
1. Une traduction en poche : Yvain le chevalier au lion 9
2. Une adaptation nouvelle : Yvain, le chevalier au lion 11
3. Une éditionparascolaire : Yvain ou le chevalier au lion 11
4. Une adaptation en poche : La légende d’Yvain, le chevalier au lion 12
C. Les programmes de l’Education Nationale 14
II. Procédés des traductions/adaptations 18
A. De(s) texte(s) en ancien français au français moderne 18
B. Du vers à la prose 24
1. Evolution du roman 24
2. Etude de l’incipit 25
C. Le découpage du texte 28
D.Donner un sens au roman 31
E. L’anticipation, la simplification 34
III. Littérarité et accès à la richesse culturelle 37
A. Suppression et cohérence interne : étude du thème de l’amour 37
B. Littérature et Histoire : étude des termes historiques 40
C. L’héritage culturel : la matière de Bretagne 45
1. Présentation des lieux : apparition du merveilleux 46
2. La merveille de lafontaine 49
Bibliographie 55

Introduction

Depuis quelques années la littérature de jeunesse est un terme beaucoup utilisé et critiqué, révélateur d’un nouveau champ d’interrogations littéraires. Il recouvre tour à tour les lectures jeunesse, les livres qui sont lus par les jeunes, les livres pour la jeunesse, livres spécifiquement destinés à la jeunesse, et la littérature accessibleaux jeunes. Ce qui communie ces trois termes, c’est les jeunes, la jeunesse, les enfants, et toutes les questions reviennent à cette définition de la jeunesse. Cette jeunesse, à la fois considérée comme un difficilement cernable puisqu’il s’agit toujours d’un être humain en évolution ; les stades d’évolution diffèrent selon les approches. Pour autant, la jeunesse existe comme étant un état soustutelle. La place de l’adulte est autant à étudier que la place de l’enfant, l’un n’allant pas sans l’autre. Le monde adulte est très prolifique à l’égard de sa jeunesse, la production éditoriale spécifique est massive, les études critiques de plus en plus nombreuses, et l’Etat dans ses Programmes Nationaux intervient de plus en plus dans la structuration du champ littéraire jeunesse. Les jeunes,eux, lisent ce qu’ils veulent et peuvent, étant bien sûr invités à élargir le cercle de leurs lectures favorites.

La lecture des « classiques » est une notion qui elle aussi a évolué ; des seuls modèles antiques, les classiques se sont peu à peu ouverts au monde contemporain. Est classique ce qui egendre à travers le temps, « soit des lectures savantes, soit des lectures populaires, dansle grand public. » (POSLANIEC, 2002, np). La littérature du Moyen Age, longtemps étudiée spécifiquement par les universitaires, est de plus en plus diffusée. En 1999, Michel Zink publie dans le Magazine Littéraire un numéro spécial sur le « succès de la littérature médiévale » qui décrit le nouveau regard que nous portons sur cette littérature. Redécouverte, les publications sont de plus en plusnombreuses, et touche l’édition jeunesse.

Comment proposer la lecture d’un classique de la littérature médiévale à la lecture des adolescents ?

A travers l’exemple du Chevalier au lion de Chrétien de Troyes, l’étude portera sur l’analyse de la production spécifiquement jeunesse pour comprendre les choix et les procédés des traducteurs/adaptateurs et déterminer quel accès àl’œuvre peuvent avoir des adolescents.

Une œuvre classique conseillée à la lecture des adolescents

1 Une œuvre classique de la littérature du Moyen Age

« Tout, aux origines de la littérature française, est paradoxe. Elle s’est développée grâce à une suite de ruptures avec la littérature latine, de même que la langue française est apparue en se séparant du latin. »...
tracking img