Punisher34

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1120 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
[pic]


La crise financière, une solution pour l’Europe



Crise financière
Quelle solution pour l’Europe ?
par Myriam Berber
Article publié le 02/10/2008 Dernière mise à jour le 02/10/2008 à 17:28 TU

A l’heure oùles Etats-Unis se mobilisent pour sauver les banques avec l’adoption par le Sénat du plan Paulson, l’Europe est divisée sur la manière de résoudre la crise. Elle tentera de trouver une position commune lors d’une réunion des quatre pays européens du G8 (France, Allemagne, Grande-Bretagne, Italie) samedi à Paris. Le plan français suggérant un fonds un fonds commun européen de 300 milliards d'eurospour secourir les banques a été démenti par le président Sarkozy ce jeudi.
[pic]
La crise financière a été évoquée lors d’une rencontre jeudi 2 octobre 2008 à Paris entre le Premier ministre néerlandais Jan Peter Balkenende et le président français Nicolas Sarkozy qui occupe actuellement la présidence de l’Union européenne.
(Photo : Reuters)
Le Sénat américain a finalement adopté, dans la nuitde mercredi à jeudi, le plan de sauvetage de l’économie d’Henry Paulson par 74 voix contre 25. Pour inciter les opposants républicains et démocrates à changer d’avis, le projet de loi a été légèrement révisé par rapport au texte rejeté lundi par la Chambre des représentants. Le secrétaire américain au Trésor Henry Paulson s’est réjoui du « vote pluraliste » du Sénat et appelé « la Chambre à agirrapidement pour adopter ce projet de loi ». Les députés américains doivent se prononcer vendredi pour ou contre cette nouvelle version. Le projet baptisé « Loi sur la stabilisation économique d’urgence de 2008 » donne des moyens sans précédent au secrétaire au Trésor Henry Paulson pour venir en aide au secteur bancaire.

Le texte adopté par le Sénat reprend les mesures du projet de loi initial :une dotation de 700 milliards de dollars pour les crédits « toxiques » à l'origine de la crise des crédits hypothécaires à risques (« subprimes ») et la mise en place d’un mécanisme rigoureux de contrôle du Trésor qui gérera les créances douteuses rachetées aux banques. De nouvelles mesures ont été ajoutées au projet de loi initial. Parmi celles-ci, une augmentation de la garantie de l’Etat surles dépôts bancaires. Le plafond garanti est ainsi porté de 100 000 à 250 000 dollars par déposant. Une disposition instituant des crédits d’impôts à la classe moyenne et aux entreprises a également été introduite. En revanche, aucune mesure en faveur des propriétaires touchés par la crise ne figure dans le texte voté par les sénateurs. Sur ce point précis, le prix Nobel d'économie 2001 a comparé,ce jeudi, le plan Paulson à « une transfusion sanguine massive à une personne souffrant d'une grave hémorragie interne ». Pour l’Américain Joseph Stiglitz, « il faut trouver un moyen pour que les gens puissent rester dans leurs maisons ».

Nicolas Sarkozy dément « le montant et le principe » d'un fonds

L’Europe va-t-elle, à son tour, mettre en place un plan similaire pour sauver son systèmebancaire ? L’idée même divise les pays membres de l’Union européenne. Ce sujet sera abordé samedi à Paris lors d’une réunion convoquée par le président Nicolas Sarkozy, à laquelle devraient participer les dirigeants des quatre pays européens du G8 (Royaume-Uni, Allemagne, Italie, France) ainsi que le président de la Commission européenne Jose-Manuel Barroso, le président de l’Eurogroupe Jean-ClaudeJuncker et le président de la Banque centrale européenne (BCE) Jean-Claude Trichet.

A quelques jours de cette réunion, les Européens ont laissé éclater au grand jour leurs divergences sur la façon de venir au secours des banques en difficulté. Le débat porte sur l’opportunité de créer en Europe un fonds sur le modèle du plan Paulson. Entre mercredi soir et jeudi, la France a réfuté plusieurs...
tracking img