Qu'est-ce que l'occident de philippe nemo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 22 (5277 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Fiche de lecture de l’œuvre Qu’est-ce que l’Occident ?
de Philipe Nemo

Introduction de l’auteur et bibliographie
Philippe Nemo né en 1949, professeur de philosophie politique et sociale ainsi qu’historien des idées politiques françaises à l’ESCP est un écrivain réputé pour ses nombreux ouvrages comme Le Chaos pédagogique, Histoire des idées politiques aux Temps modernes et contemporains etenfin Qu’est-ce que l’Occident ? qui constitue l’œuvre qui sera analysée. Une fois finit ses études à l’Ecole normale supérieure de Saint-Cloud, il suivra son enseignement universitaire dans l’université de Tours (1978-1982) afin de devenir docteur d’Etat en Lettres et Sciences humaines à l’université de la Sorbonne Paris IV ainsi que maître de conférence à HEC Paris. Il est également directeur duCentre de recherche en philosophie économique à l’ESCP (Ecole Supérieure de Commerce de Paris). Philippe Nemo a outre assuré plus de 300 heures d’émissions radiophoniques sur France Culture sur le sujet de l’histoire de la philosophie et des religions. L’œuvre qui sera étudié a d’ailleurs été traduite en plus de huit langues montrant ainsi le succès mondial de son essaie sur l’Occident.Synthèse et analyse de l’œuvre
Philipe Nemo voyait dans l’écriture de cet ouvrage la nécessité de donner une idée précise de l’Occident dans un contexte de fragilisation des Etats occidentaux modernes. La mondialisation, tous les progrès qu’elle a permis ainsi que des difficultés d’intégration culturelle des individus dans une nouvelle nation appelle à remarquer l’existence d’une société culturellementplurielle. Tenter de définir clairement ce qu’est l’Occident ainsi qu’analyser l’héritage qu’il a légué aux Etats modernes constitue l’objectif de Philipe Nemo. Il commence donc par donner une définition de la civilisation occidentale qui se résumerait par plusieurs concepts « l’Etat de droit, la démocratie, les libertés intellectuelles, la rationalité critique, la science, une économie deliberté fondé sur la propriété privée » (p7). Il structure ensuite la morphogenèse culturelle de l’Occident en cinq événements :
1) L’invention de la Cité, de la liberté sous la loi, de la science et de l’école par les Grecs
2) L’invention du droit, de la propriété privée, de la « personne » et de l’humanisme par Rome
3) La révolution éthique et eschatologique de la Bible : la charité dépassant lajustice, la mise sous tension eschatologique d’un temps linéaire, le temps de l’Histoire
4) La révolution papale des XI et XIIIème siècles qui choisi d’utiliser la raison humaine sous la figure de la science grecque et du droit romain pour s’inscrire dans l’Histoire et réalisant la première véritable synthèse entre Athènes, Rome et Jérusalem
5) La promotion de la démocratie libérale accompliepar ce qu’il est convenu d’appeler les grandes révolutions démocratiques. Le pluralisme état plus efficient que tout ordre naturel ou que tout ordre artificiel dans les trois domaines de la science, de la politique et de l’économie, ce dernier événement a conféré à l’Occident une puissance de développement sans précédent qui lui a permis d’engendrer la Modernité

I – Le « miracle grec »
1) Lestraits constitutifs de la cité grecque :
La cité apparaît au milieu du VIIIe siècle avant J.C et provient d’une crise de la souveraineté. Le pouvoir politique divisé devient la chose de tous (res publica). L’agora, qui permet l’expression politique des citoyens devant la cité tout entière a ainsi amené à l’avènement de la rhétorique, l’art du discours. Les premiers textes apparaissent et forment,une fois regroupés, les premiers livres Devant la loi, les citoyens grecs sont donc semblables (homoïoï) et égaux (isoï). La rhétorique et la logique constituent les moyens par lesquels il faut convaincre l’auditoire dans les débats oraux et publics. La modération devient une vertu recommandée (Sophrosyné) alors que les valeurs aristocratiques sont associées à l’hybris, source de désordre....
tracking img