Quel rapport la conscience entretient-elle avec ses objets?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1746 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 septembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
*Quel* rapport la conscience entretient-elle avec ses objets?
Qu’est ce que la conscience ? A cette question le philosophe H. Bergson répondait par une boutade : vous pensez bien que je ne vais pas définir une chose aussi concrète, aussi constamment présente à l’expérience de chacun de nous (…) en donnant de la conscience une définition qui serait moins claire qu’elle… Mais s’il nous estdifficile de la caractériser, nous pouvons au moins la percevoir comme le rapport particulier que l’homme a au monde. Qu’est ce qui constitue l’originalité de ce rapport ?_Quel__ rapport la conscience entretient-elle avec ses objets? _La question qui nous est posée utilise le singulier : elle nous invite donc à envisager sous un seul point de vue la pluralité des relations conscience-objets. Aprèsavoir recherché dans la diversité de ces rapports une unité, nous montrerons que la séparation conscience-objet est fondatrice de notre être, avant de questionner le dualisme que nous propose le sujet : dans ce rapport, ne doit-on concevoir que deux entités?
Il faut nous entendre tout d’abord sur le concept d’objet. Nous le prendrons au sens étymologique d’être placé hors de, ce qui le définit parrapport à son contraire le sujet, qui désigne tout ce qui m’est intérieur. Nous éviterons soigneusement de le réduire au concept de chose, et encore moins de chose matérielle. Ici, pour nous, l’objet peut aussi bien être une chose, qu’une idée, qu’un souvenir. Demandons nous alors ce qu’il y a de commun entre ces divers états de conscience qui mettent le sujet en relation à une réalité externe.Mais l’objet de la conscience peut aussi être un fait incorporel, comme par exemple un souvenir. Mais qu’est-ce que « se souvenir » ? Est-ce revivre le passé ou se représenter le passé ? Dans le premier cas, la conscience ne peut maintenir une distance entre elle et son objet (événement du passé) Elle s’abîme en une stérile nostalgie, et ne peut plus penser le passé pour ce qu’il est : mort. Aucontraire, quand je me souviens, je reste moi-même dans le présent ; l’objet est représenté ; la preuve en est que cette représentation change avec le temps, en fonction de la maturation du sujet : l’appréciation que nous en avons change avec le temps, ce qui n’est pas le cas dans le remord ou la nostalgie.
Enfin, notre objet peut aussi être une idée, par exemple une opinion politique, ou unecroyance. Là aussi, être conscient, c’est conserver une distance critique par rapport à cette idée. Nous pouvons par exemple distinguer une pensée religieuse d’une pensée sectaire. La première s’énonce dans un « credo », c’est à dire que le sujet croyant est capable de dire ce en quoi il croit : même s’il reste une part d’irrationnel dans la foi, celle-ci est cependant accessible à la compréhension.Dans la pensée sectaire, au contraire, tout se fait dans la méconnaissance de l’objet, les rituels sont incompréhensibles et ne consistent souvent qu’en la répétition d’incantations. Ce radotage a un sens : annihiler les capacités critiques. Le sujet n’est plus un croyant conscient de sa foi, mais un fanatique. La même analyse vaudrait pour le fanatisme politique où le slogan tient lieud’incantation et le charisme du chef, de gourou. Là aussi la perte de la capacité de distanciation (au sens du théâtre brechtien) nous fait sortir du champ de la conscience.
Nous découvrons ainsi une structure identique dans les trois exemples de relation conscience-objet que nous venons d’analyser : dans chacun des cas étudiés, il n’y a conscience que si elle se rapporte à un objet, dont pourtant elle sedistingue. C’est cette double exigence que Husserl nomme « intentionnalité », et que nous nous proposons d’examiner à présent.
Ce que nous vivons quotidiennement, c'est la certitude d'être des mondes, des unités fermées les unes aux autres. Nous faisons à tout moment l'expérience de l'hétérogénéité de notre conscience et du monde: le monde nous résiste et sa connaissance n'est jamais que...
tracking img