Rafael zarka

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1516 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
 
Bas du formulaire

Raphael Zarka
Raphaël Zarka SUB-MONUMENTALITÉ & NÉO-ARCHÉOLOGIE DU BÉTON BRUT
par Aude Launay
«Il est douteux que les théories soient éternelles1 ». Voici l’une des conclusions auxquelles parvient Robert Smithson dans ses essais de théorisation sur les Non-Sites, son intérêt pour les études physiques menées sur l’entropie se retournant ainsi vers sa conception mêmedu savoir et de la mise en forme de la pensée. Pourtant, si les théories ne sont pas éternelles, certains des éléments qui entrent en jeu dans leur conception sont présents dans la culture depuis les temps les plus anciens. Les mathématiques, par exemple, qui sont le marbre de la pensée, ou encore les formes, circulaires, triangulaire etc. qu’elles soient réalisées plastiquement ou à l’œuvre dansdes raisonnements, tout cela forme la base de notre culture pluri-occidentale.
Le travail de Raphaël Zarka repose essentiellement sur les formes, formes physiques ou géométriques, dont il s’applique tout particulièrement à faire remarquer la pérennité, voire la permanence. Prenant appui sur le temps qui semble avoir lesté ces formes de sens, cette pratique de reprise des archétypes estintéressante parce qu’elle peut être vue comme citationnelle, avec toutes les controverses que ce terme peut susciter.

Tautochrone (Réplique n°3), Contre-plaqué bakélisé, marbre de Carrare, 130x30x70cm, 2007.
Réplique, reprise et citation
La série de photographies Les formes du repos présente des objets qui semblent presque être mis entre guillemets dans le paysage, et ils s’en détachent si bien que dela voie de l’Aérotrain on voit principalement une ligne droite, que les brises lames dessinent un alignement de triangles, etc.
Mais cette géométrie dans l’espace qui nous apparaît ici comme assez pure, puisqu’étymologiquement, la géométrie réfère avant tout à la terre, au terrain, qu’il s’agit de mesurer, nous interroge. Sommes-nous face à des figures géométriques citées en tant que telles, àla manière des simulacres platoniciens ou des imitations aristotéliciennes, ou bien décrites par cette citation même, c’est-à-dire utilisées « de façon autonome 2», pour ainsi dire pour se nommer elles-mêmes? Le statut de ces formes est flou, et c’est en partie de cette ambiguïté que naît l’étrange fascination que peuvent exercer les photographies de cette série, redoublant par la qualité de miseen abyme de leur médium cette incertitude quant à ce que l’on regarde.
Outre ces photographies d’objets appelés par là au statut de ready-made, Raphaël Zarka réalise des reprises d’œuvres de sculpteurs tels que Michael Heizer ou Iran do Espirito Santo. Presque au sens d’une chanson pop, sa reprise de la pièce d’Espirito Santo (Reprise #1, 2002, parpaings, ciment) se joue sur le mode del’interprétation, puisque la réalisation de Zarka diffère légèrement de l’original qui était fait de briques. Reprise #3, (2006), ajoute un niveau de complexité à ce principe, puisqu’elle est en fait la reprise d’une réplique d’une sculpture de Heizer initialement réalisée dans le désert du Nevada et qu’il avait fait re-réaliser en miniature sur le trottoir devant la Librairie La Hune, à St Germain. Cette œuvreconsistait en cinq cercles creusés dans le sol, dans des dimensions monumentales aux Etats-Unis, en cinq cercles gravés dans le bitume parisien, dont le plus grand mesurait 12 cm de diamètre, pour sa réplique. Invité par Michel Guégan à réaliser une œuvre dans l’espace public parisien, Raphaël Zarka décide de graver, une fois localisé un premier cercle de 12 cm sur un trottoir (ils sontétonnamment nombreux sous nos pieds, si l’on se donne la peine de baisser un peu le nez, on en découvre pas mal!) les quatre autres selon le schéma de la réplique de St Germain aujourd’hui disparue. Ce qui l’intéresse particulièrement dans ce travail, c’est « que cette reprise soit délocalisée, spatialement et temporellement 3», dans ce que le déplacement d’une œuvre initialement créée in situ peut...
tracking img