Romantisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1998 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Peut on réduire le romantisme à l’expression du moi ?

Le romantisme est un courant artistique et littéraire apparu en Europe occidentale dans le courant du XVIII° siècle notamment en Grande-Bretagne et en Allemagne, puis au XIX° siècle en France, en Italie et en Espagne. Il se développe en France sous la restauration et la monarchie de Juillet, par réaction contre la régularité classiquejugée trop rigide et le rationalisme philosophique des siècles antérieurs. Le romantisme débute par la revendication des poètes du «je » et du « moi ». Cependant, la question qu’on peut se poser est : peut-on réduire le romantisme à l’expression du moi ? C’est-à-dire peut-on dire que les romantiques ne parlent que de ce qu’ils ressentent ? Dans un premier temps, on peut affirmer que l’expression du« moi » est le point de départ du romantisme, ensuite, on peut dire que le romantisme envahit tous les genres littéraires, enfin, on peut parler de l’engagement politique des auteurs romantiques.

Le romantisme est né en Angleterre et en Allemagne autour de 1795, mais déjà une sensibilité nouvelle s’exprimait avec des œuvres comme les Confessions (1775-1780) dans lesquelles Jean-Jacques Rousseauraconte avec le plus de sincérité possible sa vie et cherche à se justifier. Dans cette œuvre, Rousseau veut se démarquer de ses prédécesseurs et il ouvrira la voie à d’autres en préparant le romantisme. Au début du XIX° siècle, en France, Chateaubriand (1768-1848) et Madame de Staël (1766-1817) annoncent aussi le romantisme, l’un par son goût pour l’introspection et l’autre par sa curiosité enversla littérature allemande, mais ce n’est que vers 1820 que le courant romantique s’impose en France, notamment avec les Méditations Poétiques de Lamartine. Le romantisme se caractérise par le libre cours donné à l’imagination et à la sensibilité individuelle qui le plus souvent traduisent un désir d’évasion et de rêve. On a pris coutume ici de l’identifier au mal du siècle, ce trouble existentielqui ravagea toute une jeunesse désoeuvrée, avide d’exprimer l’énergie de ses passions et de ses rêves, et consternée de ne trouver dans la société de la Restauration que de maigres canaux. D’Allemagne vinrent pourtant des sources d’inspiration plus fécondes qui résonnent particulièrement dans le panthéisme de Nerval et Hugo : le romantisme procède à une contestation de la Raison dont il aperçoitl’infériorité sur le cœur et l’imagination dans la connaissance de l’Univers. Il exprime aussi une aspiration à la Liberté politique que manifestent alors la plupart des peuples européens.

Le romantisme touche à tous les genres littéraires, la poésie est toutefois le genre littéraire de prédilection. En effet, la poésie n’est plus seulement un art, elle devient aussi un moyen de connaissance. PourVictor Hugo, le poète romantique doit être un mage, un voyant, qui doit guider le peuple et remplir une mission à la fois politique, religieuse et poétique. Lamartine, Hugo et Nerval orientent la poésie vers la voie de la modernité, et lui donnent pour une mission ambitieuse celle de la « totalité » : « tout est sujet, tout relève de l’art, tout à le doit de cité en poésie » (préface desOrientales). La poésie romantique se veut à la fois intime et universelle, cosmique et inspirée. Le discours poétique romantique aspire à se manifester comme une simple confidence. L’épreuve amoureuse, la confrontation avec le réel, la perte des idéaux. Le poète romantique tente de dire ses sentiments, ses pensées, ses goûts, persuadé que le lecteur y retrouvera ses propres sentiments. L’acte de naissancedu lyrisme romantique est en général daté de 1820, lorsque paraissent les Méditations Poétiques de Lamartine. C’est un recueil de vingt-quatre poèmes qui constitua une véritable révolution poétique, exprimant avec force les tourments de l’amour et de l’âme. C’est dans la nature et la poésie que l’âme blessée trouve un réconfort et l’espoir d’une éternité. Lamartine concentre la sensibilité...
tracking img