Servir le roi (1598 - 1715)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1374 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
servir le roi (1598 - 1715)

le service du roi a été exalté dans l'art un nombre incalculable de fois. Mais pour cette période, le personnage le plus représentatif des valeurs de fidélité et de loyauté envers son souverain est certainement le D'Artagnan d'Alexandre Dumas. Il est aisé de se remémorer toutes ces chevauchées endiablées, ces escarmouches à un contre cinq menées par d'Artagnan etses comparses au seul service du roi. Du roman, certes, mais néanmoins, ce fin connaisseur de l'histoire de l'Histoire de France que fut Alexandre Dumas est peut-être moins anodin que cela puisse paraître. En effet, l'ancien régime étant catholique sans limite, ne pouvait ne pas servir le lieu - tenant de Dieu sur terre sans tomber dans l'hérésie. L'hérésie étant elle-même, la pire des chosesenvisagée par les Français de l'ancien régime. Le roi est sacré. Ce n'est pas une simple façon de parler, mais bien la réalité ; c'est la raison pour laquelle le crime de lèse-majesté est puni des pires tortures. Pourtant, la seconde moitié du XVIe siècle a vécu au rythme des guerres de religion. Des crimes plus atroces les uns que les autres ont été perpétrés au nom du roi ou contre sa politiquereligieuse. L'édit de Nantes en 1598, fit des concessions significatives pour les protestants et en cela fut l'initiateur d'une paix durable entre les deux camps. Ainsi les hommes d'armes au service du roi et les autres purent mettre entre parenthèses - au moins momentanément - leurs dissensions. Il faut considérer comme seconde borne chronologique la mort de Louis XIV : Louis XIV étant la quintessencedu pouvoir absolu. Servir le roi sous son règne paraît être une évidence. C'est la raison pour laquelle considérer la mort du monarque est pertinente au vu de ce qui nous intéresse maintenant.

Comme nous l'avons vu ci-dessus servir le roi se veut être une valeur communément admise alors. Cependant, il est intéressant de s'interroger : servir le roi, mourir pour lui, est-ce une valeur partagée àtout prix par chacun dans le royaume ? Pour répondre à cette problématique nous diviserons notre travail en deux parties distinctes mais complémentaires : comment servir le roi ? Puis qu'est-ce qui peut pousser quelqu'un lui désobéir, voire à le desservir ?

A/autant de façons de servir le roi que de sujets

ce devoir pour les sujets qu'est de servir le roi a pris des formes infinies. Nouspourrons en caractériser quelques-unes.

Toutes les catégories sociales sans exception du dauphin ou de la reine mère en passant par les principaux ministres, les ministres d'État, les princes du sang, les officiers, les commissaires, l'armée, le clergé, les paysans Etc. tous les acteurs de l'ancien régime ont, d'une façon ou d'une autre, servi le roi.

Il est intéressant de savoir que même chezles plus opprimés de ses sujets le roi est adoré. Jusque dans les campagnes les plus reculées on ne demande qu'à servir le roi. D'ailleurs notons ici que même lors des révoltes les plus aiguës, le peuple ne salissait pas le nom de son roi. Les clameurs montant de la foule en furie contre la montée des impôts exaltaient le roi sans gabelle ou sans taille. Ce fait est révélateur de l'amour et ledésir de servir son roi que le peuple entretenait. Il est impressionnant de voir - comme l'a fait Vauban - à quel point le peuple souffre sous les pressions fiscales (souvent destiné au roi) avant de le voir se révolter. On peut légitimement dire que le peuple français du XVIIe siècle a servi son roi avec abnégation et patience.

Le clergé, de la même manière, verse des impôts en roi. Cet impôt, audébut aléatoire et momentané fini par devenir régulier et souvent discuté aux assemblées du clergé (tous les ans). Il faut savoir que cet impôt - appelé le don gratuit - était considérable. De la même manière que les paysans, c'est une façon comme une autre de servir son roi. Le clergé, souvent épargné de l'oppression royale comparativement aux paysans, fut un soutien dans l'ensemble loyal....
tracking img