Sous Le Pont Mirabeau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (3088 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 juin 2015
Lire le document complet
Aperçu du document
"Sous le pont Mirabeau", d'Apollinaire


Séquence VII « Le pont Mirabeau », Alcools, 1913, Guillaume Apollinaire.




● Guillaume Apollinaire (1880-1918) est né à Rome, d’un père militaire qui abandonna sa mère après sa naissance. Après une jeunesse cultivée, il tente plusieurs métiers et publie ses premiers textes en 1902. Installé à Paris, dès 1907, par sa culture et ses écrits, il s’imposecomme une figure de l’avant-garde artistique. En 1913, il publie son chef-d’œuvre, Alcools, puis s’engage dans la guerre de 1914-1918. Blessé, il meurt en 1918, de la grippe espagnole, alors qu’il vient d’épouser Jacqueline Kolb.

Il est également l’auteur de Calligrammes et de Lettres à Lou, recueil de lettres et de poèmes envoyés du front, à sa bien-aimée.

● Alcools, qui a failli s’appelerLe Vent du Rhin, puis Eau de Vie, est paru au Mercure de France en avril 1913. Les dates en sont données par le sous-titre 1898-1913 : Cette période de composition va de la fin du symbolisme à l’affirmation de « L’esprit nouveau » et à la veille de la Première guerre mondiale. Près de la moitié des poèmes d’Alcools sont composés en 1901-1902), grâce à l’amour qu’il éprouve pour Annie Playden : Lasection des « Rhénanes » reste le pivot de l’œuvre. Lorsqu’il compose son recueil, Apollinaire ne s’attache pas à suivre un ordre chronologique. S’il conserve parfois des suites, il se plaît également à brouiller les cartes, notamment en plaçant « Zone » en tête du livre, ou en plaçant également au début du livre « Le Pont Mirabeau » écrit en 1911. Les « Rhénanes » sont quant à elles disperséesdans le volume. Les thèmes que développe ce recueil sont multiples : La beauté du monde moderne, la poésie du quotidien, l’ivresse de l’univers, la mélancolie et le passage du temps, la souffrance amoureuse, les exilés de toutes espèces, la solitude dans la foule, la figure incertaine du poète, la ville.

● Publié en 1912, dans la revue Les soirées de Paris, ce poème est inspiré par MarieLaurencin. Très épris du jeune peintre, Apollinaire a eu avec elle une liaison à partir de 1907. Mais lassée par le caractère difficile du poète, elle le quitte. Il écrit alors « Le pont Mirabeau », à la suite de cette rupture. En 1911, Apollinaire habite depuis deux ans le quartier d’Auteuil, dans le XVIème arrondissement. Il aime à emprunter le pont Mirabeau, quand il rentre chez lui, à pieds, venantde la rive gauche, souvent en compagnie de Marie. L’image de ce pont est donc tout naturellement associée à celle des amours du pète.





PROBLEMATIQUE.

Comment la valeur symbolique du pont permet-elle au poète d’écrire une œuvre élégiaque et musicale ?/ Comment, entre tradition et modernité, Apollinaire s’inspire-t-il du topos de la fuite du temps pour exprimer son chagrin d’amour?





PLAN.

I) Une élégie.
A) La structure du poème au service de la plainte.
B) Un amour malheureux.



II) Une chanson.
A) Un lyrisme élégiaque tout musical.
B) Une incantation.




I) Une élégie.


A) La structure du poème au service de la plainte.


● Articulation du poème.

Strophe 1 : Le souvenir, ambigu, revêt l’image du fleuve qui coule sous un pont :

L’absence de ponctuationdonne à « Nos amours » (v.2), valorisé par le connecteur logique « Et » (v.2) une dominance ambiguë : Est-il le sujet de « Coule » (v.1), comme « La Seine » (v.1), ou bien le complément de « Souvienne » (v.1) ?

« Peine » et « Joie » alternent, comme l’atteste l’emploi de la préposition « Après » (v.4) dans un doute lancinant créé par l’interrogation ou l’exclamation du modal « Faut-il » suivi dusubjonctif présent « Souvienne » (v.3).

Strophe 2 : Le souhait de stabilité du poète :

Les mains du poète forment un « Pont » (v.9) avec celles de sa bien-aimée : « Les mains dans les mains » (v.7).

Leurs regards aussi forment un pont : « Face à face » (v.7).

C’est le souhait de stabilité et de fidélité que formule le poète avec l’impératif « Restons » (v.7), alors que continue à s’écouler...
tracking img