Stam

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1219 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Réforme portuaire

Négociations pour plafonner les tarifs

· Encore trois mois pour tout boucler

· Le partage patrimonial et les organigrammes en commission

· Prestations: baisse des prix jusqu’à 30%

Beaucoup de changements dans les ports marocains dès début 2007. La disparition de l’Office d’exploitation des ports (ODEP), principale entité gestionnaire des prestations portuaires àterre, prévue par la loi 15-02, sera alors effective (www.leconomiste.com).
D’ici là, l’ensemble des intervenants, publics et privés, n’ont que trois mois pour finaliser les chantiers. Et ils sont nombreux.
La réforme envisagée prévoit, non pas la disparition de l’Odep, mais sa scission en deux entités, chacune d’entre elles prenant en charge une partie des prérogatives jusqu’à présent confiéesà l’Odep. Rappelons que, selon le schéma global adopté, les prestations commerciales seront confiées à une nouvelle entité, la Société d’exploitation des ports (SODEP) alors que celles concernant l’autorité (capitainerie,…) relèveront d’une agence nommée l’Agence nationale des ports. Présentée ainsi, la réforme est on ne peut plus simple. Dans les faits, sa mise en œuvre est beaucoup plus complexe.D’abord parce que ses motivations sont multiples. Ensuite et surtout parce que l’action syndicale dans les ports est très forte. «L’idée de réformer les ports est née du constat de plusieurs faiblesses», explique Mohammed Abdeljalil, directeur général de l’Odep. L’institution qu’il chapeaute est partie prenante du processus engagé et s’est organisée en commissions qui planchent actuellement surdivers chantiers: partage patrimonial, organigramme, séparation des effectifs, analyse des compétences relevant des ressources humaines.
«Un des principaux objectifs de la réforme est de mettre fin à la dualité de la manutention portuaire», ajoute-t-il. Cette dualité aboutit à une dilution de responsabilité entre l’Odep (chargé des opérations à quai) et les stevedores (chargés des opérations àbord des navires). Imaginons par exemple qu’une marchandise subisse des dégâts lors de son déchargement, il est difficile de déterminer qui de l’Odep ou du stevedore en est responsable. Il s’agit donc avant tout de clarifier les responsabilités et d’éviter que la chaîne ne fonctionne à la vitesse du maillon le plus faible.
La réforme vient aussi clarifier les rôles dans les ports. L’Office cumuleaujourd’hui des attributions d’autorité portuaire et se trouve être lui-même exploitant. Il est donc juge et partie. En effet, si un équipement portuaire de l’Odep venait à occasionner des dégâts à un navire par exemple, c’est la capitainerie qui relève de l’Office qui se trouverait chargée de dresser le constat.
La réforme répond par ailleurs à des impératifs de développement économique. Lecommerce international joue un rôle majeur dans l’option d’ouverture choisie par le Maroc dont la configuration des échanges est identique à celle d’une île. L’efficacité de la chaîne logistique doit par conséquent se trouver au cœur des préoccupations de fonctionnement des ports. Or, «le coût de passage portuaire marocain est élevé», estiment les opérateurs économiques. Le patron de l’Odep, en ferventdéfenseur de la réforme, estime qu’elle sera certainement bénéfique à l’activité et précise, avec force, que toutes les décisions sont prises de façon consensuelle. Une fois effective, la réforme aura permis de mettre fin à la confusion qui règne dans le domaine des responsabilités et introduit la concurrence entre les ports et dans les ports. Le schéma retenu pour la gestion du port Tanger-Medest similaire à celui adopté dans les ports européens les plus performants. On ne pouvait imaginer que les autres ports continuent à fonctionner selon l’ancien modèle. «Les ports nationaux sont à comparer aux ports étrangers performants», affirme Abdeljalil.
Pour peaufiner les projets, plusieurs commissions doivent remettre leurs travaux au plus tard dans trois mois. Elles doivent pour la...
tracking img