Supprimer vous meme vos douleurs par simple pression d'un doigt

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 86 (21334 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
-1-

Introduction
Tout le monde, bien sûr, a entendu parler de l'Acupuncture. Et pour tout le monde, cette technique de traitement de l'ExtrêmeOrient apparaît comme très secrète, très mystérieuse, très compliquée. Pourtant, en Chine, des milliers d'hommes et de femmes qu'on appelle les « médecins aux pieds nus » soignent, soulagent, guérissent les malades de leur famille, leurs voisins, leurscompagnons de travail et... eux-mêmes, seulement en stimulant quelques points bien choisis sur le corps. Pourquoi, ne sauriez-vous pas vous aussi soulager vos petits malaises, ceux de vos enfants, de vos amis, avec la même méthode ? Il ne s'agit pas, bien sûr, de traitements complets : ceux-ci sont réservés aux médecins acupuncteurs qui ont mis souvent des années pour parfaire leur science. Ils'agit de soulager vite, au moins aussi bien qu'avec un cachet ou des gouttes, le rhume qui abrutit, le lumbago qui plie en deux, la douleur qui terrasse, c'est-à-dire un certain nombre de petits malaises que nous vous convions à passer en revue avec nous.

Petit résumé historique
On a pu dire avec raison que la médecine traditionnelle chinoise, que ce soit au moyen des aiguilles oud'attouchements avec des matières en feu, remonte à la nuit des temps. Et de fait, on retrouve, à l'heure actuelle, de plus en plus souvent, dans des tombes préhistoriques, antérieures même aux inscriptions écrites, de nombreuses aiguilles qui ont servi indiscutablement à un but thérapeutique. Ces aiguilles sont parfois simplement des éclats, de petits poinçons de pierre. Mais l'on découvre aussi, dans lestombes des nobles et des rois, par exemple à côté des sarcophages des princes ou des princesses, des aiguilles d'or ou d'argent, plus ou moins oxydées pour les dernières par les siècles qui se sont écoulés. Bien sûr, on manque de documents en ce qui concerne cette lointaine acupuncture, et c'est pourquoi, à l'heure actuelle, les hypothèses vont bon train puisque certains estiment même que c'est à unevisite des extra-terrestres que l'on doit, en Chine, l'éclosion de cette médecine si particulière. Mais sans aller si loin, on peut - je crois -admettre plus volontiers que des observateurs minutieux et répétés, comme savent l'être les Chinois, ont permis de mettre sur pied toute cette architecture importante qui constitue vraiment pour nous une médecine nouvelle. D'ailleurs, très tôt dansl'histoire de Chine, on a pu voir que des efforts de classification avaient été faits en ce qui concerne l'acupuncture. Dès 220 avant Jésus-Christ, on trouve un ouvrage important qui s'appelle le Nei-King ou le Nei-Jing, et qui a été rédigé sur la demande d'un empereur, l'empereur Houang-Ti. Celui-ci annonce d'ailleurs son but puisqu'il écrit, dans un de ses édits : « Je regrette tout ce que mespeuples, arrêtés parles maladies, ne me paient pas en taxes et en corvées ; mon désir est qu'on ne leur donne plus de médicaments qui les empoisonnent, qu'on ne se serve plus des antiques poinçons de pierre ; je désire qu'on utilise les mystérieuses aiguilles de métal, avec lesquelles on dirige l'énergie. » Toute l'acupuncture était déjà dans cette phrase et, au cours de siècles et de siècles, lesobservations patientes et répétées ont permis de préciser la méthode dans tous ses domaines. Vers 1 400 après Jésus-Christ apparaît déjà la statuette qu'on appelle l'homme de bronze, statue percée de trous qui correspondent aux points cutanés de l'acupuncture, et qui servait de modèle pour l'instruction des étudiants.
-2-

Cette évolution ne subit une éclipse qu'assez récemment, vers le début duXIXe siècle où, sous l'action des envahisseurs européens, la médecine traditionnelle ne fut plus prisée, du moins dans les hautes couches de la société, et céda progressivement la place à la médecine européenne. En particulier dans les derniers temps du gouvernement précédant le régime actuel de la Chine, la médecine traditionnelle fut même interdite et ne trouva son refuge que dans les campagnes...
tracking img