Symbolisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2474 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
FRANÇAIS :
EXPOSE POESIE
Brise marine, Stephane Mallarmé
SYMBOLISME MOUVEMENT LITTERAIRE :
Le symbolisme est un mouvement littéraire et artistique apparu en France et en Belgique vers 1870 et il s'est exporté jusqu'en Russie. Le contexte à ce moment est le suivant : Depuis 1871, le gouvernement de la France est démocratique. En effet, la troisième république garantit les libertésfondamentales. De plus, les lois de Jules Ferry rendent l'école obligatoire, gratuite et laïque jusqu'à l'âge de 13 ans. La vie moderne apparaît dans la deuxième moitié du siècle grâce aux nombreux progrès techniques. Du côté idées, le positivisme triomphe. Le positivisme scientifique d'Auguste Comte est une philospophie qui affirme que l'esprit scientifique va,remplacer les croyances théologiques ou lesexplications métaphysiques.
Le symbolisme se développe en réaction au naturalisme et au mouvement parnassien :ceux-ci sont accusés de ne proposer qu'une vision mécaniste de l'homme et de l'univers, enclose dans une description objective. C'est au contraire à la suggestion que s'attacheront ces jeunes poètes qui partagent encore du Romantisme le pessimisme désabusé : Charles Cros, René Ghil, JulesLaforgue qui s'appelleront d'abord Décadents, pour saluer Verlaine, qui affectionnait ce mot, leur figure de proue, puis accepteront d'être fédérés sous la bannière du Symbolisme. Ce mot est proposé par Jean Moréas (poète fondateur justement, de ce mouvement )qui utilise ici l'étymologie du mot symbole (« jeter ensemble ») pour désigner l'analogie que cette poésie souhaite établir entre l'idéeabstraite et l'image chargée de l'exprimer.
Plus précisément, le mot « symbolisme » est formé à partir du terme « symbole » qui vient du latin symbolictum, « symbole de foi », symbolitulus, « signe de reconnaissance », du grec sumbolon, « objet coupé en deux constituant un signe de reconnaissance quand les porteurs pouvaient assembler (sumballon) les deux morceaux ». Dans la Grèce antique, le «symbolon » était un morceau de poterie qui était brisé en deux et qu’on donnait à deux ambassadeurs de cités alliées pour se reconnaître .
Les symbolistes ont une conception de la vie propre, le monde ne saurait se limiter à une apparence concrète réductible à la connaissance rationnelle. Il est un mystère à déchiffrer dans les correspondances qui frappent d'inanité le cloisonnement des sens : sons,couleurs, visions participent d'une même intuition qui fait du Poète une sorte de mage. Le symbolisme oscille ainsi entre des formes capables à la fois d'évoquer une réalité supérieure et d'inviter le lecteur à un véritable déchiffrement : d'abord voué à créer des impressions - notamment par l'harmonie musicale - un souci de rigueur l'infléchira bientôt vers la recherche d'un langage inédit.L'influence de Stéphane Mallarmé est alors considérable.
C’est Dans Un Manifeste littéraire, publié en 1886, que Jean Moréas définitce mouvement, cette manière d’écrire comme : « Ennemie de l'enseignement, de la déclamation, de la fausse sensibilité, de la description objective ", la poésie symbolique cherche : " à vêtir l'Idée d'une forme sensible... » Les poètes symbolistes teintent leurs œuvresd'intentions métaphysiques, de mystère, voire de mysticisme. Le sujet a désormais de moins en moins d'importance, il n'est qu'un prétexte. Plusieurs artistes s'amusent à transposer une image concrète dans une réalité abstraite.
George-Albert Aurier donne une définition du symbolisme dans un Mercure de France de 1891 : « L’œuvre d’art devra être premièrement idéiste, puisque son idéal unique seral’expression de l’idée, deuxièmement symboliste puisqu’elle exprimera cette idée en forme, troisièmement synthétique puisqu’elle écrira ses formes, ses signes selon un mode de compréhension général, quatrièmement subjective puisque l’objet n’y sera jamais considéré en tant qu’objet mais en tant que signe perçu par le sujet, cinquièmement l’œuvre d’art devra être décorative. »
Le symbolisme renoue...
tracking img