Texte oral de francais : candide, chapitre 2

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (795 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 août 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Candide, chassé du paradis terrestre, marcha longtemps sans savoir où, pleurant, levant les yeux au ciel, les tournant souvent vers le plus beau des châteaux qui renfermait la plus belle desbaronnettes ; il se coucha sans souper au milieu des champs entre deux sillons ; la neige tombait à gros flocons. Candide, tout transi, se traîna le lendemain vers la ville voisine, qui s'appelleValdberghoff-trarbk-dikdorff, n'ayant point d'argent, mourant de faim et de lassitude. Il s'arrêta tristement à la porte d'un cabaret. Deux hommes habillés de bleu le remarquèrent : Camarade, dit l'un, voilà unjeune homme très bien fait, et qui a la taille requise ; ils s'avancèrent vers Candide et le prièrent à dîner très civilement.--Messieurs, leur dit Candide avec une modestie charmante, vous me faitesbeaucoup d'honneur, mais je n'ai pas de quoi payer mon écot.--Ah ! monsieur, lui dit un des bleus, les personnes de votre figure et de votre mérite ne paient jamais rien : n'avez-vous pas cinq piedscinq pouces de haut ?--Oui, messieurs, c'est ma taille, dit-il en faisant la révérence.--Ah ! monsieur, mettez-vous à table ; non seulement nous vous défrayerons, mais nous ne souffrirons jamais qu'unhomme comme vous manque d'argent ; les hommes ne sont faits que pour se secourir les uns les autres.--Vous avez raison, dit Candide ; c'est ce que M. Pangloss m'a toujours dit, et je vois bien que toutest au mieux. On le prie d'accepter quelques écus, il les prend et veut faire son billet ; on n'en veut point, on se met à table. N'aimez-vous pas tendrement ?...--Oh ! oui, répond-il, j'aimetendrement mademoiselle Cunégonde.--Non, dit l'un de ces messieurs, nous vous demandons si vous n'aimez pas tendrement le roi des Bulgares ?--Point du tout, dit-il, car je ne l'ai jamais vu.--Comment ! c'estle plus charmant des rois, et il faut boire à sa santé.--Oh ! très volontiers, messieurs. Et il boit. C'en est assez, lui dit-on, vous voilà l'appui, le soutien, le défenseur, le héros des Bulgares...
tracking img