Tourisme medical

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3310 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La Hongrie bénéficie d’une solide réputation en matière de soins dentaires. Chaque année, ce sont plusieurs milliers d’Allemands, d’Autrichiens (ils seraient quelque 1400 dentistes à exercer le long de la frontière autrichienne), Suisses, Anglais ou Américains qui viennent s’y faire soigner. Outre la qualité des soins prodigués (l’école dentaire hongroise est en effet de grande qualité), ce sontsurtout les prix pratiqués qui attirent en masse les patients étrangers. Les faibles charges qui pèsent sur la profession leur permettent de pratiquer des tarifs jusqu’à 60% moins chers qu’en France pour les implants, les bridges et les couronnes par exemple, en utilisant pourtant des équipements modernes (radiologie, laser et logiciels spécifiques), équivalents voire le plus souvent identiques àceux que l’on peut trouver en Europe occidentale.
Pourtant, «il existe encore en France une vraie réticence à venir se faire soigner en Hongrie, principalement par méconnaissance et par manque d’information», explique Nicolas Pineau, directeur d’Eurodentair, société spécialisée dans le tourisme dentaire en Hongrie. «Notre objectif premier est de communiquer et d’informer sur les possibilités etla qualité des soins prodigués en Hongrie puis de faciliter et d’organiser la venue des patients afin de rendre leur séjour le plus serein et confortable possible». Les services proposés par Eurodentair sont basés sur la mise en relation avec des cliniques partenaires, toutes sélectionnées pour la qualité de leurs soins, connue et reconnue à l’échelle internationale. «Notre rôle est d’informer lespatients français. En Autriche, où le phénomène est déjà ancien, la réputation des médecins et des cliniques se fait de bouche à oreille. Quant aux cliniques hongroises, elles cherchent avant tout à communiquer sur le marché hongrois».
Les cliniques dentaires en Hongrie
Attila Kámán, stomatologue et chirurgien dentiste, est aussi le directeur de Centre Implants, l’une des plus grandes cliniquesdentaires de Budapest. Celle-ci, ouverte depuis 4 ans à Budapest, compte beaucoup d’étrangers parmi sa clientèle: en moyenne 30% d’Anglais et 30% d’autres nationalités (Allemands, Français, Hollandais et Suédois notamment). Quant à la clinique Pasarét, elle accueille quelque 70% de patients étrangers. «Ces derniers mois, ce sont les Français et les Belges qui arrivent en tête dans notre clinique,explique le Dr. Csaba Székely, spécialiste en chirurgie dentale et en implantologie et directeur de la clinique, suivis des Anglais et des Irlandais, puis des Américains, des Allemands et des Suisses». En ce qui concerne les Français et les Belges, de plus en plus attirés par des soins dentaires en Hongrie, le Dr. Székely explique ce phénomène récent par les prix pratiqués d’une part, mais aussipar les délais d’attente : jusqu’à trois mois en France contre cinq jours en Hongrie pour certains traitements. «De plus, pour des traitements comme les implants, nous fournissons des dents provisoires, ce qui n’est pas le cas partout». «Pourtant, reconnaît-il, les Français et les Belges méconnaissent encore le travail fait en Hongrie, alors qu’en Angleterre et en Irlande, il arrive que desdentistes recommandent à leurs patients de venir se faire soigner ici, en particulier pour les implants. C’est déjà entré dans les mœurs et peut-être y a t il moins de spécialistes pour cela». Le Dr. Székely précise par ailleurs que sa clinique utilise une nouvelle génération d’implants reconnus à l’échelle internationale : «A la fin du traitement, nous remettons au patient un “pass“ compréhensible dansle monde entier pour renseigner sur la nature et la marque des implants utilisés. C’est en revanche plus compliqué pour les patients autrichiens par exemple, car les implants utilisés en Autriche ne sont pas utilisés ailleurs».
Tistes hongrois reconnus ont bénéficié d’une expérience à l’étranger. Ainsi le Dr. Székely a-t-il travaillé pendant 10 ans en Autriche avant de revenir vivre en Hongrie...
tracking img