Tpe silicose

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 30 (7486 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
III) Les différentes étapes de la reconnaissance de la silicose

1) Dans le monde

a) Le difficile avènement de la notion de la silicose dans le monde :

Comprendre l’importance qu’ont revêtue les dynamiques transnationales dans l’identification et le traitement légal de la silicose suppose d’abord de souligner la complexité de sa nosologie (c’est l’étude descaractéristiques des maladies en vue de classer systématiquement ces dernières) et de son étiologie (c’est l’étude des causes directes des maladies, ce terme désigne aussi les causes elles-mêmes). Son déclenchement différé peut durer des décennies si les conditions d’exposition ne sont pas intensives. Durant cette phase potentiellement longue de dégradation du poumon, la détection clinique de la maladie esttrès difficile. La radiologie est plus efficace mais ne s’est diffusé que lentement, généralement dans le deuxième tiers du 20e siècle : encore l’identification d’un poumon silicosé suppose-t-elle un consensus médical international. La diversité des branches d’activité concernées démultiplie les problèmes d’identification de la maladie mais n’est pas seule en cause. Même à secteur donné, d’un lieude travail à l’autre, les conditions d’exposition diffèrent selon la teneur en silice, la taille et le diamètre des particules, le mélange avec d’autres poussières, le degré d’humidité, la température et l’aération : nous somme ici dans une problématique classique des Science Studies, à savoir les effets savants de la difficile reproduction à l’identique des observations. A ces aspects proprementgéologiques s’ajoutent les effets de l’organisation du travail : l’intensité de l’inhalation de poussières et donc l’exposition au risque dépendent de l’intensité de l’effort, de l’exposition plus ou moins continue ou plus ou moins intermittente, du rythme de rotation de la main- d’œuvre sans parler des techniques sous forme de ventilation ou d’humidification par exemple. L’ensemble de cesobstacles posés au diagnostic de la silicose et à l’explication de ses causes sont renforcés par sa fréquente association à d’autres pathologies pulmonaires, à commencer par la tuberculose.
De ces sources d’incertitude découle une histoire médicale particulièrement peu réductible à une vision en termes de progrès linéaires. Aboutissement de la multiplication des observations sur les maladies desmineurs au 19e siècle, les années 1870 voient certes le médecin milanais Achile Visconti forger le vocable de « silicose » pour désigner l’effet propre de la silice. Mais loin de constituer une découverte jugée indubitable, ce terme fait partie des innombrables intitulés qui sont alors en compétition pour qualifier les maladies pulmonaires des mineurs. En degré de spécificité, il se situe àmi-chemin entre l’anthracose, qui désigne l’effet « pur » de la poussière du charbon, et la « pneumoconiose », par laquelle l’Allemand Zenker, en 1866, désigne l’ensemble des affections liées a l’inhalation de poussières.
Plus contraire encore à une vision positiviste du savoir médical, l’identification du bacille de Koch en 1882 impose à la silicose un redoutable concurrent : la tuberculose, donton connaît l’importance en tant que cause majeure de santé publique jusque dans les années 1960. Sa fréquente coprésence dans les poumons silicosé permet alors aux experts médicaux appointés parles employeurs de suggérer que la silicose n’en est qu’une complication, et de dégager ainsi la responsabilité légale et financière des entreprises. Durant ces quelques décennies ou la tuberculose estprésentée comme la cause de la silicose ou des pneumoconioses, les troubles pulmonaires des mineurs deviennent rattachable à des facteurs comportementaux « privés », tels l’alcoolisme, la mauvaise hygiène des ouvriers ou, dans le meilleur des cas, pour les réformistes sociaux, les conditions de logement insalubres.
Globalement donc, entre les années 1890 et 1930 environ, il y’a de nombreuses...
tracking img