Traduction d'un extrait de l'article de catherine e.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (915 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’affaire de « terrorisme » via Twitter au Mexique provoque la controverse.
La position sévère d’un état mexicain par rapport aux publications sur Twitter pourrait avoir un effet effrayant(paralysant) sur les réseaux sociaux à travers le pays, estiment les analystes.
Après la diffusion de fausses rumeurs sur Twitter et Facebook à propos d’attaques (scolaire) d’écoles qui causèrent un réelchaos dans les rues de la ville de Veracruz, les procureurs (de l’état du Veracruz) accusèrent deux personnes de terrorisme et sabotage à cause de leurs publications.
Les charges (orthographe)pourraient mettre les suspects derrière les barreaux jusqu’à 30 ans.
L’avocat des deux accusés demande à un juge fédéral de mettre fin l’affaire d’état, au motif que les autorités locales abusent de leurpouvoir et violent le droit à la liberté d’expression.
Certains défenseurs de la liberté d’expression et des sympathisants utilisateurs des réseaux sociaux ont critiqué la réaction dugouvernement, pour eux, la gravité de la sanction envisagée est disproportionnée par rapport à la faute commise.
Les autorités officielles ont justifié leur approche en déclarant que les suspects devraientêtre punis pour avoir agis de manière irresponsable sur Internet ce qui a déclenché la panique générale dans la ville portuaire.
« Les réseaux sociaux sont un excellent moyen de communiquer,malheureusement il existe des lâches qui s’y cachent dans la seule intention de nuire » publia le gouverneur de Veracruz, Javier Duarte, après avoir annoncé la poursuite des charges de terrorisme contre lessuspects le mois dernier.
Des publications le 25 aout ont été diffusées rapidement sur Twitter et Facebook.
L’une d’entre elles déclarait que cinq enfants ont été enlevés.
Une autre annonçait unealerte à la bombe.
Une autre encore décrivait un hélicoptère tirant sur une école primaire.
Les parents paniquèrent, accoururent pour secourir leurs enfants de leurs écoles qu’ils craignaient...
tracking img