Travail sur l'art gothique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1760 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’art gothique :

[pic]

Avant l’art gothique

L’art roman qui précède dans le temps l’art gothique, domine en Europe du début du XIe siècle au milieu du XIIe et même dans certains pays, jusqu’à la fin de ce dernier. Il a été forgé en 1818 par l'archéologue normand Charles de Gerville et est concrètement passé dans l'usage courant à partir de 1835

Il dérive de l'art carolingien qui, surun fond de traditions romaines et gallo-romaines, qui s'est imprégné durant le haut Moyen Âge d'influences orientales d’Asie, de Proche Orient, de Byzance…

C’est une architecture d’équilibre des forces, massive, puissante et sombre. L’église romane est simple dans ses lignes et exempte de choses inutiles. Elle est caractérisée par l’arc enplein cintre et la voûte en berceau.

Cette architecture reflète le contexte de l’époque (la fin du Xe siècle est marquée par des violences, des famines et des épidémies) et les rapports de l’homme à Dieu (on redoute la colère divine et la fin des Temps).

Développement de l’art gothique

L’œuvre de l’Abbé Suger, qui souhaite agrandir sa vieille Abbaye de Saint-Denis en région parisiennemarque la naissance de l’art gothique ; tournant le dos à un art médiéval austère et lourd, il veut apporter une spiritualité religieuse plus intense par trois aspects nouveaux et caractéristiques de l’art gothique : la luminosité, la hauteur et la gestion de la poussée.

Auparavant, on ne pouvait pas percer de nombreuses ouvertures dans les murs sous peine de provoquer l’effondrement de la bâtisse,ce qui assombrissait considérablement l’atmosphère intérieure.

De plus, les nombreux piliers intérieurs soutenant le poids du bâtiment restreignaient l’espace disponible.

Mais grâce au développement de l’art gothique, les cathédrales sont désormais percées d’amples portes, galeries et fenêtres en arcs brisés. La lumière en abondance dans ces édifices, La première des grandescathédrales gothiques est construite à Sens. La basilique de Saint-Denis, à l’époque élevée sous le règne Carolingien est rénovée entre le XIIe et le XIVe siècle, et constitue à présent l’un des grands chefs-d’œuvre gothiques. Et grâce à l’amplitude de l’ouverture des murs, la fresque s’efface peu à peu, laissant place au vitrail. Celui-ci s’épanouit en de véritablesverrières, ou rosaces, dont les plus célèbres sont celles de la cathédrale de Chartres.

Cette avancée considérable dans les techniques d’architecture se tient principalement à quelques méthodes de répartition de poussée. En voici les principales :

- L’arc brisé : L’arc brisé est un Arc dont la courbe inférieure est formée à partir de deux demi-arcs symétriques qui s'appuient l'un sur l'autre.C’est en fait une amélioration de l’arc classique utilisé auparavant qui permet de mieux répartir la poussée exercée par le toit de l’église.

- L'arc-doubleau : l’arc doubleau forme une saillie ou plate-bande en pierres apparentes sur la courbure intérieure d'une voûte, qu'il semble renforcer. Cependant il joue principalement un rôle de décoration. Les arcs reliantles murs aux piliers encadrant la nef sont des arcs-doubleaux. Ils délimitent les travées.

- La voûte d’ogives : L'invention de l'ogive, c'est faire en sorte qu'au point de plus forte pression de la voûte se trouve le moyen de renvoyer les forces vers "l'extérieur". La croisée d'ogive définit un point où se rencontrent deux arcs. La voûte pèse sur ce point, mais au lieu de peser vers le bas en une force directe,perpendiculaire au sol, elle pèse vers les côtés, les arcs se croisant en ce point recevant cette "pesée" et la dispersant vers quatre directions, comme vous pourrez le remarquer sur l’image ci-contre.

Cependant, même s'il est courant de définir l'architecture gothique par l'usage de l'arc brisé, il serait incorrect d’en faire un style d’architecture précis en se basant sur des...
tracking img