Travailler plus pour gagner plus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1546 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Travailler moins est-ce mieux vivre
Le travail est il une valeur?
La question se pose aujourd’hui avec les suicides récents chez Orange et Renault avec la souffrance au travail aussi chez les cadres et non plus seulement chez les ouvriers, du fait de la pression économique, rentabilité… de densifier son activité au travail et donc pression de plus en plus forte. Cette thématique de lasouffrance ou pénibilité au travail bien en ce moment percuter ce qui a été pendant longtemps la question de l’emploi cadre de savoir qui a un emploi et qui n’en a pas. Une question qui s’est posé depuis toujours sauf que pendant très longtemps, jusqu’au 18ème et à la révolution industrielle ensuite le travail était considéré comme une activité nécessaire, désagréable et obligatoire pour satisfaire uncertain nombre de besoins et la quête social dans les sociétés ct de s’émanciper de tout travail, ne pas travailler était le luxe suprême (esclaves, travail paysan long et répétitif). Ca commence à changer notamment au sein du christianisme, on passe d’un système d’ordre où si on est tout en bas on a vie de dur labeur sans possibilité d’en sortir et si on est en haut on profite de la vie même siparfois faut prendre épée pour aller sauver sa société. On arrive finalement à société de droit entre les hommes, avec au 18ème l’idée que travail n’est plus une aliénation mais devient la possibilité d’une émancipation (théorie libérale). I) Le travail comme émancipation * Philosophie libérale John Locke: le travail permet de gagner de l’argent, de s’émanciper, de devenir libre et propriétaire etplus simplement reproduction d’un ordre qui renvoi à situation dominé ou dominant. Donc un moyen de s’émanciper de sa condition naturelle. Il devient une instance d’émancipation individuelle. * Deuxième conséquence: la réflexion sur la division du travail, et l’émancipation continue ici aussi. * Nouvelle étape avec la révolution industrielle: le travail change aussi de nature. On passe d’un travail àdomination agricole à un travail qui devient beaucoup plus distant de la nature et de cette image d’une vision naturaliste du monde. Le travail devient davantage un travail de transformation d’un certain nombre d’éléments qu’on va désigner par le capital donc rapport nouveau s’installe dans le travail qui va à nouveau poser la question de l’aliénation pq les formes nouvelles de l’industrieconduise à radicalisation de la DT dans les types de fonctions, qui conduit à nouveau à se poser la question de l’aliénation dans le capital et tout ce que cela implique. Un rapport de domination de capital sur le travail dans lequel le capital a besoin du travail pour se développer et donc exploite le travail et les travailleurs. Comment les exploite t-il? En leur prenant leurs travails et nerestituant pas la totalité de ce que leurs rapporte le travail (celle qui leur permet juste de survivre et revenir le lendemain travailler non pas de s’émanciper et vivre mieux). Aliénation qu’il voit comme contraire à la nature humaine pq la nature c’est de pouvoir s’émanciper par le travail selon lui. Il faut selon lui renverser la société capitaliste, industrielle par le changement du régime depropriété. * A partir de là 20ème jusqu’à ojd une diversification du travail: Quand commence t-on à se poser la question dans la 2ème partie du 20ème siècle avec évolution du travail et facilité de son accès avec 30 glorieuse, d’une valeur reconnu par tous à une valeur problématique? C’est avec la crise éco de 1970. * Valeur devient problématique vers milieu 20ème: pq il y a ceux qui ont du travail et ceuxqui en ont pas. Entre les deux il y a plus ou moins de travail donc question de précarisation (intérim, stage, CDI…) on va commencer à parler de réduction volontaire du temps de travail, fin de l’obligation de travail, fin de l’aliénation au travail et sortie de la société de consommation. Non pas qu’on puisse se passer de travailler mais de le réduire pour envisager une société plus vivable....
tracking img