Vassilissa la belle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (691 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
VASSILISSA LA BELLE

Vassilissa marcha tout le soir. Vers le soir elle arriva dans une clairière.
Là se dressait une isba (1). Une barrière l’entourait, faite d’ossements humains. Des crâneshumains surmontaient la barrière, la porte était faite de jambes humaines, les verrous de mains, le cadenas de dents pointues.
Epouvantée,Vassilissa demeura immobile, comme figée sur place.Soudain, un cavalier arriva, tout noir, son cheval était noir et harnaché de noir. Il bondit jusqu’à la barrière et disparut, comme évanoui dans les airs.
La nuit tomba.
Alors, les orbites des crânes semirent à luire et il fit clair comme en plein jour. Terrifiée, Vassilissa frissonna. Ses jambes ne la portaient plus, elle n’avait pas la force de quitter ces lieux horribles.
Vassilissa sentitsoudain la terre se mettre à trembler, puis à trembler encore. C’était Baba-Yaga (2) qui volait dans son mortier, agitant son pilon, effaçant ses traces avec son balai. Elle s’approcha de la porte ets’écria :
- Snif, snif, je sens de la chair russe. Qui est là ?
Vassilissa s’approcha de Baba-Yaga, la salua bien bas, et timidement lui déclara :
- Grand-mère, c’est moi. Les filles de ma marâtrem’ont envoyée chercher du feu chez toi.
- C’est bien, répondit Baba-Yaga. Ta marâtre est ma parente. Eh bien, vis quelque temps chez moi, travaille pour moi, après on verra.
Puis elle s’écriad’une voix qui grondait comme le tonnerre :
- Eh là ! Mes solides verrous, ouvrez-vous, ma large porte, écarte-toi !
La porte s’écarta, et Baba-Yaga entra, suivie de Vassilissa. Près de la porte ily avait un bouleau, qui voulut frapper de ses branches la petite Vassilissa :
- Bouleau, mon bouleau, ne fouette pas Vassilissa ! C’est moi qui l’ai amenée, s’écria Baba-Yaga.
Près de la porteun chien était couché, il voulut mordre Vassilissa.
- Ne la touche pas, c’est moi qui l’ai amenée !
Dans l’entrée un chat était couché, il voulut griffer Vassilissa.
- Chat-ronron,...
tracking img