Verlaine d'ardoise et de pluie guy goffette

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1092 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Guy Goffette
Verlaine d'ardoise et de pluie

L'auteur, Guy Gauffette est né en 1947 en Belgique, il fût enseignant, libraire, éditeur des cahiers de poésie "triangle" et "l'apprentipographe". Il vit et travail aujourd'hui à Paris dans le domaine de l'édition. En tant que poète il a écrit une quinzaine de livres de poésie et il a obtenu en 2009 le grand prix de l'académie française pourl'ensemble de son oeuvre.

La mémoire du poète fait ressurgir les souvenirs un peu à la manière de Marcel Proust. Ici l’ardoise, la pluie, les chemins sont des points de repère qui nous permettent d’avancer sur la route et de partir à l’aventure avec Verlaine.
Guy Goffette a choisi de citer un vers de Verlaine, juste avant de débuter le premier chapitre intitulé « Un pays sur la route » :
« La routeest bonne et la mort est au bout. » (p. 15)
Cette citation n’est pas anodine, en effet elle est la ligne directrice du cheminement du poète.Tout parle de grisaille et de mort.
Verlaine a vécu avec l’empreinte indélébile de la mort à ses côtés. L'auteur nous fait partager cette atmosphère dans le chapitre « Les bocals »: Verlaine est partagé entre la voix apaisante de sa mère à sa naissance etla voix des morts qui l’ont précédé, trois fœtus nés sans vie avant lui et qui le suivront toute son enfance puisque sa mère les avait conservés dans des bocaux posés sur une étagère ou rangés dans un placard…Sa mère était hantée par la mort de ses trois autres enfants. De cette façon Verlaine en ai lui même imprégné, baignant dedans depuis son enfance.. Guy Goffette nous fait partager le cri d’unenfant qui se sent perdu parmi des choses qu’il ne comprend pas :
« Et qu’est-ce qu’une goutte de lait dans le sein d’une mère, si ce n’est pas déjà l’enfant qui appelle et qui crie ? » (p. 36)
« Il a perdu son prénom sur les routes comme Poucet ses cailloux de pain blanc. L’enfance lui a durci le cœur comme un poing et ses yeux sont de l’azur qui coupe, comme les vers qu’il a laissés. »(p. 50)
Peut-être qu'avoir été trop choyé par sa mère, Verlaine a étoufé, peut-être qu' avoir vécu à côté des morts en bocaux, il a souffert et s’est senti responsable d’avoir pris la place dans le cœur de sa mère d’où l’émergence de son mal d’être, comme peuvent le suggérer ces phrases:
« (…) Paul, l’enfant trop attendu et trop gâté, oubliera vite la cadence, et ses chemins à lui iront tout detravers à jamais. » (p. 67)
Verlaine est un éternel vagabond,comme son ami Rimbaud.. Il a soif d’un ailleurs meilleur, Verlaine se noie alors dans l’alcool et la poésie. Guy Goffette nous transmet cette impression avec des mots du registre de la vie quotidienne contrebalancés par ceux du rêve :
« Sa femme et ses trois enfants, Louise, Nicolas-Auguste, Julie, redoutent de le voir rentrer, chaque soir,rue de Burhaimont, sale et saoul, jurant et gesticulant comme un forcené. » (p. 61)
« C’est un pays rêvé quand on ne rêvait pas encore, et c’est le rêve d’un pays qui vous mène quand tout dort, quand on est soi-même endormi. » (p. 30)
Dans le chapitre « Une infusion de Verlaine », Verlaine boit les fruits de son enfance :
« Quoiqu’il fasse, Verlaine a l’Ardenne infuse. Elle coule dans sesveines comme du petit lait, pas blanchâtre, ni bleu de Marie, comme voulait sa mère, mais verte et sombre comme le schiste sous la pluie. » (p. 75)
Ce chapitre a été écrit par Guy Goffette en référence au tableau de Rembrandt, « La mort de la Vierge ». Rembrandt y place sa femme bien aimée, Saskia, et son combat contre la maladie tuberculeuse s’éternise, « le combat des ombres avec l’ange delumière. » (p. 86). Alors Guy Goffette compare la tête de Saskia retombée avec celle de Verlaine qui a fini de combattre et meurt :
« une tête de vieil enfant, les yeux pleins de larmes, tel Rembrandt dans les bras retombés de Saskia. » (p. 87)
Verlaine sait que sa femme, Mathilde, souffre de la dégradation de son état et il voudrait garder la trace de son amour malade:
« Bien entendu, le bouquet de...
tracking img