Victor hugo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1147 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Présentation orale : Victor Hugo
Musique Notre dame de Paris (déchire mon portrait)
François : Citoyens, peuple de Paris, je suis Quasimodo, le sonneur de cloche, tout droit sorti d’entre les lignes, celui que vous attendez tous est enfin de retour d’exil de Guernesey après 19 ans d’absence. Oui cher patrie, mon auteur celui qui a du fuir suite au coup d’Etat mené par Napoléon et s’exilé estrevenu et vous a donné rendez vous ici sur le parvis de la cathédrale NOTRE DAME, lieu hautement symbolique pour une fresque qui s’annonce haute en couleurs. Mes dames et Messieurs acclamation pour celui que vous attendez tous: Victor Hugo ! (Acclamations)
Demain dès l’aube (…) ou autre poème.
Justine : Ooooh ! Quel poète et dramaturge fantastique !
Une pièce de Théâtre non ! Une Poésie non plus… ! Un roman pourquoi pas ? Mais non ! (…) Aaaah la liberté ! Sauvons la liberté ! La liberté sauve le reste.
Si jamais les malheurs voulaient qu’il n’y eût plus dans les Assemblées, qu’il n’y eût plus en France que cent hommes de cœur voulant et défendant la liberté, je serais du nombre ; le jour où il n’y en aurait plus que dix, je serai dans les dix ; le jour où il n’y en aura plus qu’un, cesera moi. Et s’il n’en reste qu’un je serai celui là ! Fidèle à l’engagement que j’ai pris vis-à-vis de ma conscience, je partagerai jusqu’au bout l’exil de la liberté. Quand la liberté rentrera, je rentrerai. (…)
Et me voici, de retour d’exil. D’abord Bruxelles ensuite Jersey, chassé pour vous avoir critiqué la reine Victoria, je m’installe dans ma demeure de Haute Ville House à Guernesey uneœuvre à pare entière durant 15ans. Là-bas mes écrits se sont nourris du contact avec la mer. L’exil est d’ailleurs une période de grande fécondité littéraire : Les Misérables, Les Châtiments un énorme recueil poétique que j’ai écrit contre Napoléon 3, les Contemplations mais passons j’y reviendrais plus tard. L’exil ne m’a pas seulement détaché de la France, il m’a presque détaché de la terre.Yuqin : Mais…monsieur Hugo, pourquoi êtes vous rentré en France ?
Deux grandes choses m’appellent. La première, la République. La seconde, le danger. Je viens ici faire mon devoir. Quel est mon devoir ? C’est le vôtre, c’est celui de tous. Défendre Paris, garder Paris. Sauver Paris, c’est plus que sauver la France, c’est sauver le monde.
- Ah ! pauvre petite ! Déjà au travail. Mais elle a àpeine 4 ans !
- Cyrielle : Monsieur, j’ai huit ans.
C’est égal. Elle n’est pas en état de travailler. Tant qu’il y aura sur la terre ignorance et misère, des livres de la nature des Misérables parut en 1862 pourront ne pas être inutiles. Ce livre est une immense synthèse du combat que je mène contre la misère, sous la forme des « trois problèmes du siècle, la dégradation de l’homme par leprolétariat, la déchéance de la femme par la faim, l’atrophie de l’enfant par la nuit ». Il faut bien que la société regarde ces choses, puisque ces elles qui les faits. Ma conviction est que ce livre sera un des principaux sommets, sinon le principal, de mon œuvre. Les enfants et les femmes tiennent une grande place dans mon combat. Si l’enfant a la santé, l’avenir se portera bien ; si l’enfant esthonnête, l’avenir sera bon. Petite anecdote : Tous les mardis, je donne à dîner à quinze petits enfants pauvres, choisis parmi les plus indigents de l’île, et ma famille et moi, nous les servons ; je tâche, par là, de faire comprendre l’égalité et la fraternité. Je soutiens également l’égalité des femmes : Il y a des citoyens, il n’y a pas de citoyennes. C’est là un état violent ; il faut qu’il cesse !Arrivée d’un condamné ( Noémie) à mort avec un gardien (Savine)
- Tenez, mesdames, avez-vous lu le nouveau roman ?
- Quel roman ?
- Le Dernier Jour …
- Marie : Assez monsieur ! (Tu te lève)
- …d’un condamné. Exactement.
- Le titre seul me fait mal aux nerfs. ( me montre du doigt)
- Qu’a t’elle fait ? Cherchez dans l’ombre et dans les cris, cherchez dans la fumée affreuse de Paris....
tracking img