Villes globales et mondiales

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2013 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
VILLES GLOBALES ET MONDIALES

Introduction:

• Définition brève des termes du sujet: Le terme de ville globale, remplacé pour désigner celui de ville mondiale, a été proposé par Saskia Sassen en 1996 pour désigner les métropoles qui sont aussi des centres de commandement des réseaux de la mondialisation. Le qualificatif se veut plus précis que celui de ville « internationale » parce qu’ilsouligne que ces villes disposent de centres de commandement totalement partie prenante des réseaux de communication. On peut par ailleurs remarquer que plus on avance dans le temps, plus la mondialisation s’intensifie et plus un nombre réduit de lieux, les villes globales (la Triade : New-York, Londres, et Tokyo avant tout/ Paris, Milan, Francfort, Singapour en second lieu) voient leur rôle serenforcer.

• Limites thématiques, spatiales, et historiques du sujet: Ainsi l’étude des villes globales et mondiales nous amène à étudier le fonctionnement, l’organisation particulière des territoires de ces dernières, les dynamiques qu’elles illustrent, et cela afin de comprendre au mieux ce qui fait leur puissance. En outre, le sujet semble devoir être traité en parallèle avec celui du processusde mondialisation, les villes globales étant les actrices principales de ce dernier. De ce fait, il semblerait pertinent d’ancrer notre étude dans l’intervalle de temps situé de la période précédent la fin de la seconde guerre mondiale, jusqu’à aujourd’hui ; car c’est environ à partir de 1945 que l’on a pu constater une soudaine accélération et intensification du processus de mondialisation.Problématique: On en vient donc à se poser des questions : Quels sont les critères particuliers que décèlent ces villes et qui font leur puissance ? Ce nouvel état de fonctionnement du monde, c’est-à-dire cette présence imposante de la mondialisation, est-elle réellement ou non à l’origine de ce nouveau type de métropole ? Comment expliquer que seul un nombre réduit de lieux voit leur rôle serenforcer et accentue ainsi des écarts importants au niveau de la puissance par rapport aux autres métropoles ? C’est ce qu’il convient d’éclairer à présent, de par l’utilisation de l’échelle multi-scalaire.

• Annonce du plan:

I) Dynamique, fonctionnement et organisation des villes globales.

a)- Les villes globales sont avant tout des grandes villes.
Les villes globales ont de nombreuxcritères communs avec des villes d'importance régionale ou nationale, ce qui en fait avant tout des centres urbains aux fonctions traditionnelles :
-Leur grande taille est caractéristique, puisque pour être globale, une ville doit disposer d'un poids démographique suffisant pour assurer des fonctions de commandement qui ne sont réservées qu'aux grandes villes. On observe donc une importance deflux humains. Ils résultent des migrations de main-d’œuvre, qu’elles soient de longue durée (flux Nord-Sud de main d’œuvre qualifiée par exemple) ou plus temporaires (échanges de cadres supérieurs au sein d’une firme). Ces flux sont intensifs et concernent de plus en plus des travailleurs hautement qualifiés. M Castells a mené une enquête sur 193 employés des banques étrangères de la City(quartier de Londres) et il a constaté qu’en 1993 un tiers de ces employés venaient de New-York, 12% de Tokyo, 8% de Paris.
-De plus, les villes globales accumulent les activités secondaires et surtout tertiaires, ce qui permet une redistribution de la production à l’échelon local, un rôle destiné à toute agglomération importante. (80% des habitants du Grand Londres travaillent dans les services, etdans le quartier de la City à Londres : on note 7,7 millions de m2 de bureaux d’activités de finance, d’assurance, et de droit. Ainsi ce sont donc avant tout des pôles régionaux attractifs, des moteurs d’intégration aussi bien locale que régionale. Même si, un des problèmes de la « globalisation » de ces villes métropoles est la marginalisation que l’on observe au niveau de certaines de leurs...
tracking img