Violence hospitaliere

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 20 (4826 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Catégorisation des différentes situations de violence à l’hôpital : le point de vue du médecin du travail

Depuis octobre 1999, la Direction des hôpitaux (DH) a constitué un comité de pilotage sur la prévention des situations de violence dans les établissements de la fonction publique hospitalière. Un groupe pluridisciplinaire s’est constitué, composé de représentants de la DH, de la DRH, despécialistes de la politique de la ville, de responsables de la sécurité, de psychiatres, psychologues, sociologues, IG, IDE, médecins du travail,. Ce groupe a participé à l’élaboration de la circulaire "Prévention et accompagnement des situations de violence" ( circulaire du 15 décembre 2000) et a rédigé un dossier type pour aider les établissements à construire leur projet sur cetteproblématique.

Notre travail au sein du groupe a notamment constitué à définir et catégoriser les différentes formes de violence vécues entre patients, personnel et institution.

1 LA VIOLENCE PHYSIQUE
Définition : Violence exercée sur le corps même de la victime, qui porte atteinte à son intégrité : coups et blessures, voies de faits (actes considérés comme moins graves car non visualisables :bousculades, crachats, cheveux arrachés).

1.1 Entre personnel
La violence physique est difficile à quantifier : On note très peu de remontée en médecine du travail car il existe le plus souvent une régulation interne au sein de l’unité.
Lorsque la violence remonte jusqu’à nous, il peut y avoir déclaration d’accident du travail, mais cette situation est rare car il s’agit le plus souvent de voiesde faits. D’autre part, la démarche de déclaration vient conforter « la gravité » de l’événement, et cette officialisation qui s’accompagne souvent d’une sanction administrative pour les deux parties n’est que très rarement demandée.
En conséquence, appréhender l’importance de la violence physique entre personnels à partir des déclarations d’accidents du travail est très réducteur.
Lorsquenous sommes informés des phénomènes de violence physique, la situation est alors urgente à régler car elle est le reflet d’une tension majeure en service. Cette tension qui couvait depuis longtemps est arrivée à son paroxysme. Dans cette circonstance, l’encadrement fait alors appel à nous pour que nous ayons un rôle d’écoute, d’aide, et parfois de diagnostic d’une décompensation psychique nécessitantune prise en charge médicale immédiate. Aider l’agent en difficulté à verbaliser les conflits dans un climat sécuritaire de neutralité bienveillante permet de désamorcer des tensions tant individuelles qu’au sein du collectif. Ces manifestations aiguës de souffrance concernent le plus souvent le personnel de soins (IDE, ASD) mais peuvent toucher toutes les catégories professionnelles del’hôpital.
L’alerte vient plus souvent de l’entourage que de la personne elle-même. Toutefois, les personnels nous expriment fréquemment les conséquences de leur mal être sur leur entourage familial (violences sur les enfants, conjugopathie).
Les conduites addictives (prise d’antidépresseurs d’anxiolytiques, de café, d’alcool etc…) avec automédication ne sont pas rares.
1.2 de personnel à patientCette forme de violence peut être vue dans plusieurs types de situations :
La violence peut émerger lorsqu’il y a impossibilité concrète d’effectuer un travail de qualité. A titre d’exemple : réalisation de soins d’hygiène et de nursing sous contrainte de temps dans une organisation du travail sériée (malade gavé pour aller plus vite, soulevé comme un paquet, habillé d’office sans l’aider àrécupérer son autonomie…). Les soignants sont ici conscients d’une mission de soin mal accomplie par manque de moyens (temps, effectifs) mais n’ont pas le choix d’agir autrement, ce qui est destructeur à long terme. Parfois même, l’institution, informée des manquements à la qualité des soins et à la sécurité, cautionne les soins fractionnés et à la chaîne, par impossibilité de trouver des solutions....
tracking img