Voltaire candide

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1373 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 juin 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Annonce des axes

Commentaire du texte

I. Une clôture du récit

A. Clôture Spatiale
La formule classique par laquelle débute le conte : « Il y avait en Westphalie » nous permet d’attendre une clôture classique du genre, c’est-à-dire une fin heureuse. Mais en fait, c’est un horizon trompé : le jardin a succédé au château : régression spatiale ; la Turquie a remplacé la Westphalie etun derviche remplace Pangloss. Pour Candide le monde est désormais plus vaste et ne se limite pas à la province de Thunder-Ten-Tronc ou à la Westphalie. L’espace se clôt de manière ambivalente : rétrécissement social, du château à la métairie, et l’élargissement politique. En opposition à l’Occident, l’Orient apparaît comme la terre du retour aux origines, retour à la sagesse fait d’expériences etde pragmatisme. D’ailleurs, le discours du vieillard au derviche rappelle le discours du vieillard de l’utopie de l’Eldorado et la religion est réhabilitée. L’installation dans le jardin marque la fermeture de l’espace géographique.
B. Le recyclage des personnages
Le Turc au début du texte (le paragraphe précédant l’extrait étudié ici) dit : « Je n’ai que vingt arpents. » A son image, lamétairie est une « petite ère » dans laquelle vie une « petite société ». La modestie de la surface est compensée par les principes d’une sage économie. Même les vestiges dérisoires du monde aristocratique sont recyclés. Le conte recycle la laideur de Cunégonde en utilité. Giroflée est recyclée en honnête homme qui passe du vice à la vertu. Tous les personnages du début trouvent leurs places etleurs destins sont scellés.
Le baron n’est pas recyclable car il est encore attaché à ses préjugés et à ses stéréotypes.
Fermeture du conte : Candide prononce la morale finale et sa parole est créatrice d’un nouvel age.

II. Les critères de la sagesse

A. Le refus des ambitions
Candide, dès le début du texte montre sa préférence pour une vie simple, notamment il dit : « Cebon vieillard … des six rois »
Une vie modeste et réglée est plus enviable qu’à celle d’un roi. Il renonce donc à toute ambition de pouvoir et de richesse. De toute façon, il y a un caractère éphémère et aléatoire à une gloire des hommes. Dans le texte, il y a une litanie des rois qui ont subit des malheurs. Cela montre que le fait d’être puissant et riche ne fait rien. Référence au chapitreXXVI : les rois déchus. Par contraste, la vie simple dans la métairie est valorisée.
B. Refus des raisonnements stériles
Il ne s’agit pas pour Voltaire de s’opposer à toute forme de raisonnement puisque Candide au début du texte est plongé dans de profondes réflexions. Il s’agit plutôt d’une pensée nourrie d’expériences et d’observations. Ce qui est par exemple rejeté est le discours dePangloss et des métaphysiques qui a une tendance affirmée à bavarder, à brasser des idées, à délayer. Et ses pensées débouchent toujours sur une action cohérente. D’ailleurs, Pangloss ne travaille pas. Dans le second discours, on voit bien qu’il n a pas renoncé à l’absurdité et à l’incohérence. Critique des raisonnements interminables sur des questions métaphysiques. Pangloss use encore de laterminologie optimiste quand il parle du meilleur des mondes possibles. Candide contredit et interrompt à deux reprises Pangloss : « Je sais », « Mais » et Martin s’y oppose aussi.
C. Les bienfaits du travail
Le travail est présenté comme une concentration de toutes les vertus. Notamment si on analyse la phrase du vieillard « Le travail… ». Le travail est une nécessité spécifique, il éloignel’ennui. C’est aussi une nécessité morale car il éloigne de nous le vice et c’est une nécessité économique puisqu’il éloigne de nous le besoin.
Dans la seconde partie du texte, on note l’importance des activités manuelles préservées de manière laudative : « très bonne pâtissière ».
Champ lexical des activités artisanales connoté laudativement : « Roda, très bon menuisier ». On peut...
tracking img