Voltaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (383 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Parler avec légèreté de ce qui est grave, dire le contraire de ce qu’on pense pour faire comprendre son véritable point de vue, voilà la marque de l’ironie voltairienne, arme efficace qui utilisel’art du détour.
Scarmentado examine en spectateur curieux et candide la diversité des usages et des croyances des hommes. Il les enregistre ici, même les plus horribles, avec une impassibilitéétonnante sans faire de réflexion sur ce qu’il voit : « je m’imaginais que nous allions voir quelque carrousel ou quelque fête de taureaux ». Au détour d’une phrase, cependant, il se laisse aller à uncommentaire qui, sans en avoir l’air, fait tomber les masques. Les détails contradictoires qui décrivent les moines laissent voir un défilé de pantins mécaniques et cocasses. Avec une naïveté exemplaire,Scarmentado ne réagit pas devant l’horreur des supplices auxquels il assiste ou aux menaces qui pèsent sur lui. Avec une candeur qui témoigne de son manque d’expérience face aux travers des hommes, ilexprime à contretemps des considérations positives là où elles sont déplacées : les « belles prières » et le « dévotement » ont du mal à cohabiter avec le raffinement des tortures puisque les suppliciéssont « brulés à petit feu ». De plus, il ne trouve rien à redire à son « cachot très frais » avec un « beau crucifix ». Son emprisonnement dans les geôles de l’Inquisition n’est mentionné que par uneformule ironiquement laconique : « Je restai là six semaines ». On peut pourtant aisément imaginer que ses six semaines ont été terribles. Cachot et prison deviennent par antiphrase « desappartements » dans lesquels Scarmentado est simplement mal logé. Ainsi notre voyageur dans son innocence nous en donne-t-il une image caricaturale : ses représentants se comportent avec une politesse doucereuse: on l’« envoya prier », « tendrement ». Une fois encore on pourra noter le contre-emploi ironique de l’adverbe « sincèrement ». Le comble de l’ironie est atteint lorsque le père inquisiteur dit...
tracking img