Voltaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (573 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
-…cinq cents … cinq cents francs …
- Oh ! Ma pauvre Mathilde ! Je suis désolée pour ce qui s’est passé c’est de ma faute, j’aurais du te prévenir mais tu me connais, j’étais trop fière pourt’avouer que le bijou était factice.
- J’ai passé 10 ans de ma vie, à trimer, nettoyer, frotter jusqu'à devenir une femme du peuple, tu comprends bien que pour moi c’était insupportable l’idée de faire desménages, tout cela pour rembourser une dette …
- Je suis tellement désolée, je vais te rembourser deux fois ce que tu as perdu, viens avec moi on va t’acheter une robe, j’ai envie de te revoir sourirecomme lorsque tu avais la parure autour du cou, tu te souviens ?
- Oui, tu sais il y a une chose que je regrette plus que tout. En regardant l’enfant, elle dit : « je ne pourrais jamais être mèredorénavant ».
Mme Forestier remarqua le chagrin de Mathilde, elle connaît le bonheur d’être mère mais le désespoir que vivait Mme Loisel lui était totalement étranger.
Après plusieurs journéesd’achats, Mathilde retrouve enfin le sourire, elle habite désormais dans une petite maison à coté de chez Jeanne. Elles passent leurs journées ensemble, se racontant leurs souvenirs de jeunesse, Mathildeévoquait parfois les travaux ménagers qu’elle a dû supporter mais c’était enfin terminé, elle ne connaîtrait plus jamais ça. Elle n’avait besoin de rien mais lorsqu’elle regardait le fils de Jeanne ellesentait comme un vide en elle, cela l’a tiraillé mais les présents que lui offrait Jeanne comblaient ce vide.
- Regarde ça, une invitation à un bal ! Veux- tu m’accompagner ? demanda Jeanne.
-Volontiers, je peux t’emprunter la parure que je t’ai donnée ?
- Bien sûr, c’est la tienne après tout.
- Oui tu as raison, je ne la perdrais pas cette fois-ci.
Le soir venu, les deux amis d’enfanceriaient à gorge déployée au milieu des hommes riches et distingués. Au cours de la soirée, Mathilde vit le Ministre qui l’avait remarqué lors du précèdent bal.
- Tu as vu Jeanne ? Le...
tracking img