Zola

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2063 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Zola, Émile (1840-1902), écrivain naturaliste dont l'œuvre principale est une vaste fresque en vingt volumes qui raconte l'histoire naturelle et sociale d'une famille sous le second Empire. Né à Paris d'une mère bourguignonne et d'un père italien, Émile Zola passa toute sa jeunesse à Aix-en-Provence. Sans être un écrivain de terroir comme Daudet, il se souvint toujours de ses promenades dans lacampagne provençale avec ses amis, Cézanne et Baille (futur polytechnicien et astronome). Le père, François Zola, travaillait à Aix, à la construction du canal qui devait porter son nom. Sa mort, survenue le 22 mars 1847, bouleversa le jeune Émile et influença profondément son œuvre, dominée par la figure du père, homme libéral, novateur, audacieux, bâtisseur (incarnée par Octave Mouret dans Aubonheur des dames ou encore par Saccard, le banquier de la Curée et de l'Argent). Après deux échecs au baccalauréat « à cause du français », Zola mena d'abord à Paris, à partir de 1858, une vie incertaine : « être pauvre à Paris, c'est être pauvre deux fois » dit le narrateur de la Curée. Il entra finalement aux éditions Hachette où il travailla du 1er mars 1862 au 31 janvier 1866 comme commis puiscomme chef de la publicité. Quand il s'attela à son œuvre majeure, les Rougon-Macquart, histoire naturelle et sociale d'une famille sous le second Empire, Zola avait acquis une longue pratique de l'écriture et des milieux intellectuels. Au sein de la librairie Hachette, il avait vu fonctionner de l'intérieur une entreprise commerciale moderne, expérience qu'il décrivit à plusieurs reprises dans sesromans. Ses fonctions l'avaient mis en rapport avec quelques-uns des écrivains les plus connus de l'époque (Guizot, Lamartine, Michelet, Littré, Sainte-Beuve) sans l'empêcher d'écrire lui-même. Outre des centaines de vers, il composa à cette époque plusieurs textes en prose très variés, allant du conte de fées à la satire politique en passant par la chose vue, le récit à finalité morale. Ilréussit à publier en novembre 1864 un petit recueil de contes, les Contes à Ninon, qui fut bien accueilli. Parallèlement, il collabora à différents journaux (le Petit Journal, le Salut public de Lyon), ce qui lui donna notamment l'occasion, en 1864, de défendre avec fougue le premier roman naturaliste des Goncourt, Germinie Lacerteux. Ayant décidé de vivre de sa plume, il quitta la librairie Hachette en1866. Dès cette année, il mena sa première grande campagne naturaliste dans l'Évènement de Villemessant, en défendant un peintre dont les toiles avaient été refusées au Salon : Édouard Manet. En 1867, il publia un roman, Thérèse Raquin qui, bien qu'il n'en fasse pas partie, annonça les Rougon-Macquart par les sujets abordés (hérédité, folie) mais aussi par les critiques qu'on en fit : dans lapresse on traita Zola de « pornographe », d'« égoutier », de partisan de la « littérature putride ». Dans Madeleine Férat, récit publié en feuilleton en 1868, se précisèrent les deux thèmes dominants de l'œuvre à venir : l'histoire naturelle et les questions d'hérédité d'un côté, l'histoire sociale de l'autre. Lorsqu'il décida d'entreprendre sa vaste fresque romanesque, Zola élabora toute une sériede réflexions liminaires. Par souci de méthode, il voulait établir un plan général, avant même d'écrire la première ligne. Il tenait aussi à préciser sa différence avec Balzac et sa Comédie humaine : « Mon œuvre à moi sera tout autre chose. Le cadre en sera plus restreint. Je ne veux pas peindre la société contemporaine, mais une seule famille en montrant le jeu de la race modifiée par le milieu.[…] Ma grande affaire est d'être purement naturaliste, purement physiologiste ». Il voulait écrire des romans expérimentaux, notion qu'il développa dans un célèbre article publié en 1879 : se référant à l'Introduction à l'étude de la médecine expérimentale de Claude Bernard, il affirmait que le romancier ne devait plus se contenter de l'observation, mais devait adopter une attitude véritablement...
tracking img