a l'ouest rien de nouveau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1415 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 janvier 2014
Lire le document complet
Aperçu du document

Personnages :

Bäumer Paul : Le personnage principal de l’histoire. 19 ans.

Tjaden : Camarade de Paul. Il agit par boulimie. 19 ans. Maigre.

Müller : Camarade de Paul. C’est une personne prévoyante. 19 ans.

Katczinsky Stanislas : Camarade de Paul. 40 ans. Dur, rusé, roublard.

Kropp Albert : Camarade de Paul. Il a des idées claires. Blessé et amputé de la jambe, retourne dans uncentre spécialisé avec une prothèse.

Westhus Haie : Il meurt au début de l’histoire à la suite d’une amputation infectée. 19 ans.

Himmelstoss Caporal : Général, qui a été le tuteur de ces soldats. Surnommé : " la terreur du Klosterberg ". C’était un ancien postier appeler au service.

Leer : Camarade de Paul. Se prend un éclat d’obus dans la hanche et meurt.

Kantorek : Ancien professeurdes soldats.

Behm : A hésité à entrer dans la guerre. Il meurt très tôt d’un coup de feu dans les yeux.

Kemmerich Franz : Camarade de Paul.

Haie Weshus : prend un obus dans le dos.

Katzinsky : meurt d’une balle dans la tête et d’un obus dans la tête. 40 ans, dur roublard.

Gerard Duval : typographe tué par le personnage principal

Résumé

Le personnage principal est le narrateurqui s’appelle Paul Bäumer, il vient de sortir de l’école et a été recruté de force par l’armée allemande, comme tous les jeunes à ce moment précis. Il est au front comme le reste de ses amis, Tjaden, Müller, Stanislas Katczinsky, Albert Kropp, Haie Westhus, Detering. Ils font tous partie de la 150eme compagnie. Certains d’entre eux mourront abattus ou touchés par un obus du camp adverse. Il y aaussi le général Himmelstoss qui a formé tous ces jeunes pendant leur service militaire. C’est un général détesté de tous, qui fait souffrir toutes ses recrues en leur faisant subir un entraînement épuisant et en les punissant sévèrement pour quelques petites choses. Il se croyait au-dessus de tout et de tous, mais lorsqu’il fut commandé au front il remarqua qu’il n’arrivait plus exercer aucuneautorité sur sa compagnie et qu’il ne pouvait rien contre les obus et les balles perdues comme il l’avait cru auparavant.

Après la guerre :

" Il tomba en octobre mil neuf cent dix-huit, par une journée qui fut si tranquille sur tout le front que le communiqué se borna à signaler qu'a l'Ouest il n'y avait rien de nouveau.

Il était tombé la tête en avant, étendu sur le sol, comme s'il dormait.Lorsqu'on le retourna, on vit qu'il n'avait pas du souffrir longtemps. Son visage était calme et exprimait comme un contentement de ce que cela s'était ainsi terminé. "

Citation :

" Quand nous partons, nous ne sommes que de vulgaires soldats, maussades ou de bonne humeur et, quand nous arrivons dans la zone où commence le front, nous sommes devenus des hommes-bêtes. "

Témoignage d'unsimple soldat allemand de la guerre 1914-1918, A I 'Ouest, rien de nouveau, roman pacifiste, réaliste et bouleversant, connut, dès sa parution en 1928, un succès mondial retentissant et reste l'un des ouvrages les plus remarquables sur la monstruosité de la guerre.



Critique :

Je trouve l’histoire intéressante car elle explique bien ce qu’est la guerre et nous montre bien ce que ressent unsoldat qui y participe. Il parle aussi de sa conséquence sur les familles des soldats comme les sentiments de la mère inquiète qui pense à son fils au front, etc...

De plus, nous avons le point de vue du coté allemand ce que nous, français, connaissons peu.

Biographie :

REMARQUE ERICH MARIA (1898-1970)

La notoriété internationale du romancier allemand du nom d’Erich Paul Remark, sous lepseudonyme d’Erich Maria Remarque, est liée, avant tout, à la publication d’un roman de guerre d’inspiration pacifiste paru en 1929 : À l’Ouest rien de nouveau (Im Westen nichts Neues ). D’emblée, ce livre connut un succès foudroyant ; il fut adapté au cinéma par Lewis Millestone en 1930 et provoqua la fureur des milieux nationalistes. Il obtient un tirage qui, aujourd’hui, en cinquante...