L'apocalypse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 23 (5522 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’Apocalypse est le dernier livre de la Bible chrétienne. Une tradition, discutée depuis le IIe siècle, attribue sa composition à Jean l'Évangéliste.

Étymologiquement, le mot « apocalypse » est la transcription d’un terme grec (ἀποκάλυψις / apokalupsis) qui lui-même traduit l’hébreu nigla, lequel signifie mise à nu, enlèvement du voile ou révélation. Le livre commence en effet par les mots «Révélation de Jésus-Christ » (Ap 1,1). C'est en ce sens que le texte présentera la personne de Jésus-Christ à son retour sur terre et les événements l'entourant.

Le livre décrit une vision allégorique qui prophétise sur ce qui doit arriver à la fin des Temps : « Écris donc ce que tu as vu, ce qui est, et ce qui doit arriver ensuite » (Apocalypse chapitre 1, verset 19).
Sommaire
[masquer]* 1 Un genre littéraire
* 2 Eschatologie
* 3 Canonicité
* 4 Auteur et datation
* 5 Résumé
* 6 Plan septénaire
* 7 Interprétations
o 7.1 Interprétations générales
o 7.2 Le nombre de la Bête
o 7.3 Millénarisme
* 8 Sens général de l'Apocalypse
* 9 Œuvres inspirées par le livre biblique
* 10 Notes et références
* 11Annexes
o 11.1 Articles connexes
o 11.2 Liens externes
o 11.3 Bibliographie

Un genre littéraire[modifier]
Couverture de la Bible de la Basilique Saint-Paul-hors-les-Murs

Si l’Apocalypse de Jean est, d'une façon formelle, la seule apocalypse reconnue dans le Nouveau Testament, l'apocalyptique fut un genre littéraire déjà très développé dans l'Ancien Testament,en particulier dans les livres de Daniel et d'Ézéchiel. Plusieurs écrits pseudépigraphes sont des apocalypses : Apocalypse grecque de Baruch, Apocalypse syriaque de Baruch, Apocalypse d'Abraham, Apocalypse d'Élie[1], Apocalypse de Noé[2]. On connaît de nombreux apocryphes du Nouveau Testament qui se parent du nom d'Apocalypse : Apocalypse de Pierre, Apocalypse de Jacques, Apocalypse de Paul,Apocalypse d'Étienne, et même Apocalypse (apocryphe) de Jean.

Mais aussi des passages entiers du Nouveau Testament, en dehors de l'Apocalypse canonique elle-même, peuvent être dits du genre apocalyptique. Citons le discours eschatologique de Jésus, dans Matthieu (24-25), dans Marc (13) et dans Luc (21,5-36), certains passages des épîtres de saint Paul (2 Th 1,6-12 ; 2,3-12) ou de saint Pierre (2 P3,10).
Eschatologie[modifier]
Article détaillé : eschatologie chrétienne .

Plusieurs autres textes de la Bible parlent de la fin des temps :

* Au début du chapitre 24 de l'évangile de Matthieu, Jésus est interrogé sur le moment et les signes de son avènement et de la fin du monde.
* Le Livre de Daniel, présente lui aussi des prophéties ayant trait à la fin des temps. Plusieursthéologiens protestants dont Charles Auguste Auberlen[3] font le rapprochement.
* Le prophète Isaïe évoque lui aussi de nouveaux cieux et une nouvelle terre, comme dans les derniers chapitres de l'Apocalypse.
* Les trompettes sont un thème important de l'eschatologie[4]. Les trompettes de Jericho[5] qui annoncent la conquête de la terre promise par Josué sont parfois mises en parallèle avecles trompettes de l'Apocalypse qui annoncent la seconde venue de Jésus.

Canonicité[modifier]
Les Très Riches Heures du duc de Berry, Musée Condé, Chantilly.

L'admission de l'Apocalypse dans le canon des livres reçus fut assez difficile.

Certains, comme le prêtre romain Caïus, au début du IIIe siècle, rejetaient l'Apocalypse, car ils la soupçonnaient de favoriser le millénarisme.L'évêque Denis d'Alexandrie contestait son authenticité johannique pour des raisons stylistiques.

L'Église de Syrie l'ignorait. Ce qui n'empêchait pas saint Athanase, évêque d'Alexandrie, de la reconnaître pleinement dans sa 39e lettre pascale (367).

En Occident, elle fut définitivement acceptée par le décret du pape Damase, en 382, confirmé par les conciles d'Hippone (393) et de Carthage...
tracking img