L'automne de lamartine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1085 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Alphonse de Lamartine est un poète, romancier et un dramaturge français. Ses poèmes sont rendus meilleurs grâce au lyrisme qu'il emploie. C'est un mouvement litteraire qui marque l'emploie de l'expression des sentiments personnels de l'auteur qui sont portés universels à travers beaucoup de sensibilité et que l'on retrouve dans ce poème. Ce courant litteraire apparait au XVème siècle et est iciutilisé pour l'Automne de Lamartine tiré des Méditations poétiques qui marque le début d'Alphonse Lamartine dans la poèsie, entre 1815 et 1820. Ce poème est une description accompagnée des sentiments du poète, de la nature. En effet il utilise un style de strophe binaire ainsi que le lyrisme ce qui rend le texte très personnel de part les sentiments de l'auteur qui sont mis en avant en parallèlede la description des beautés de la nature, à cette saison. Par quel moyen la nature est-elle mise en avant? Dans un premier temps, nous étudierons l'automne qui est vue comme une saison mentale et naturelle. Puis, le rapprochement du narrateur avec la nature et sa nostalgie. Enfin, nous étudierons le romantisme et le lyrisme de la nature.
La nature est une saison mentale et naturelle. Toutd'abord, on a le champs lexical de la nature sous toutes les formes, la nature toute entière : "bois", "verdure" (v.1), "feuillages", "gazons" (v.2), "nature" (v.3), "soleil" (v.7) et le champs lexical de la mort : "deuil" (v.3), "mort" (v.12) et "adieu" (v.11) qui associe l'automne à la fin de sa vie. L'emploie des groupes de mots : "reste de" (v.1), "jaunissants" et "épars" (v.2), "pâlissant" (v.7)marque la saison comme étant de "passage", qui ne dure pas. La répétition du mot : "dernier" (v.3, 5 et 11) marque l'abondance qui fût, et la fin proche. "Le deuil de la nature convient à la douleur et plaît à mes regards" (v.3 et 4) est une personnification qui associe la nature à la mort, cela est traduit par une belle mort, agréable à regarder car c'est une belle saison, c'est un plaisir pourles yeux. "Je suis d'un pas rêveur le sentier solitaire" (v.5) est un groupe de mot qui sert à adoucir l'idée facheuse décrite, car ici le sentier équivaut au tunnel de la mort ce qui montre toujours la parfaite communion avec la nature. "Oui, dans ces jours d'automne où la nature expire, a ses regards voilés je trouve plus d'attraits" (v.9 et 10) c'est une personnification qui associe la mort à uneexpiration alors que la nature peut se renouveller, "ces jours d'automne" est une périphrase, elle consiste à remplacer le mot d'origine par sa définition ou par une expression plus longue. "Ses regards voilées" dans le même vers, peut symboliser la lumière qui s'efface peu à peu, qui disparaît. "C'est l'adieu d'un ami, c'est le dernier sourire des lèvres de la mort va fermer pour jamais" (v.11et 12) il y a une personnification entre la mort et les lèvres, on attribue a la mort de ne plus jamais "sourire", elle restera fermer et éteinte à jamais, la mort prend la nature et la garde. De plus, la nature est ici associée à un ami, le personnage est si proche d'elle qu'il la compare à un ami, il est en totale communion avec elle. La répétition de "c'est" (v.11) est une emphase qui montrecomment est vue cette communion avec la nature.
Dans un second temps, nous allons voir comment la nostalgie du narrateur et comment se rapproche-t-il de la nature. " Je contemple ses biens dont je n'ai pas joui." (v.16) c'est la nostalgie du poète qui est mise en avant par le fait qu'il soit privé des "biens" en réalité des beautés de la nature dont il n'a pas pu plainement profiter. "Terre,soleil, vallons, belle et douce nature" (v.17) on a une accumulation, c'est une énumération des différents aspects de la nature. Encore une fois, on décrit la nature dans sa totalité. " L'air est si parfumé ! la lumière est si pure ! Aux regards d'un mourant le soleil est si beau !" (v.19 à 20) le poète est emerveillé face à la beauté de la nature. On a la répétion de "si" qui insiste d'avantage sur...
tracking img