L'education

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (823 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Vendredi 22 Octobre 2008

Français : Ecriture d’Invention

En ce dimanche du 26 décembre 1952, Max, sa femme et leurs trois enfants avaient été invités par des amis du nom de Von Grimbill. Ilspossédaient une très belle maison datée du XIX ème siècle, près de Düsseldorf, en Allemagne.
A l’heure du dessert, mr Grimbill raconta un de ses souvenirs d’enfance, ce qui fit resurgir dans lamémoire de Max, une vieille histoire (qui par la suite eut, certainement, des conséquences sur les événements dans le monde).

“Ah ! Moi aussi, j’ai une petite histoire d’enfance a vous raconters’exclama Max en pouffant à moitié de rire suite à la boutade que mr Grimbill venait de lancer.
Je m’en souviens très bien dit-il en réfléchissant.
Il commença alors son récit.
J’étais alors petit,environ dix-onze ans,, je pense. Avec mes amis, nous allions tous les soirs, après l’école, jouer à la guerre dans le parc situé derrière l’hôtel de ville. Mon père, qui était ingénieur, m’avait fabriquéune cuirasse brillante comme de l’argent et un fusil à air comprimé. J’étais alors très bien armé et tous mes camarades enviaient ma tenue. Ils me nommèrent chef. Je fus donc le général Max.
Il y avaitdans mon école, un petit garçon nommé Dolfi mais nous l’appelions “Laitue”. Ce surnom lui venait de son visage blafard, souffreteux et maigrichon qui était presque vert. Il était rachitique, petit,maigre, possédait des cheveux bruns dont la mèche retombait en virgule et de tous petits yeux insignifiants.
Nous ne l’aimions guère et nous nous moquions de lui très souvent. De plus, nous sentionsqu’il n’osait pas venir vers nous, alors dès qu’il voulait jouer avec nous, nous l’insultions de tous les noms et le surnommions “Laitue”.
Aussitôt ce mot prononcé, il s’en allait et nous regardaitd’un air triste qui; Pour ma part, son attitude me faisait pitié et j’étais soudain pris de remords, sentiment qui s’évanouissait tout aussi vite qu’il n’apparaissait.
Un jour d’automne, je me...
tracking img